Travail à la longe 3 conseils de base

3 conseils essentiels… mais non suffisants.

  • La longe ne doit pas être uniquement un moment de contrainte .
  • On ne longe pas un cheval uniquement à défaut de pouvoir le monter, mais aussi pour l’échauffer.
  • L’enrênement n’est en rien une obligation lors de la longe.

zapador à la longe

Finale Européenne des Masters Ibériques 2007

Zapador V à la longe

comments

 

 

 

22 Responses to “Travail à la longe 3 conseils de base”

  1. estel dit :

    Bonjour,

    je suis heureuse de voir que s’ouvre un blog sur l’équitation avec des conseils pratiques. J’ai hâte de le voir se développer! Pourrait-on avoir plus de détails sur le travail de longe pour échauffer? (temps conseillé, répartition des allures, etc.) Merci!

    Estelle

  2. patou dit :

    Bravo, pour la naissance de ce blog, longue vie à lui
    Est-il plus judicieux de pratiquer le travail à la longe dans un rond de longe ou dans une carrière ?
    Merci!
    Patou

  3. Merci Estelle

    Ne vous impatientez pas, bientôt je compléterai mon blog de manière à ce que vous ayez une réponse précise à vos questions.

  4. Le rond de longe permet au cheval de ne pas tirer sur sa longe, et d’être mieux canalisé et de ne pas se contracter en tirant. Par contre, il interdit tout déplacement en marchant large : exercice intéressant car il permet de vérifier la rectitude du cheval.
    Marie-Hélène

  5. sylou dit :

    <p>Au fait, samedi dernier, après notre petit dîner du vendredi soir et nos quelques mots échangés sur l’importance de la tenue du dos et des épaules ouvertes, j’ai « osé » remettre ma selle de dressage sur xs (celà devait faire deux ou trois mois qu’elle prenait la poussière…) et je me suis fais bien plaisir et pas mal (ça changeait de certaines fois). Comme quoi, des fois faux oser s’y remettre… Le souvenirs de quelque uns de tes conseils comme celui de la rêne directe m’ont permis de monter en décontraction sur un bout de pré. Dès fois, passer un bon moment à cheval tiens à pas grand chose quand on part dans de bonnes dispositions… Vivement que le blog grossisse donc !</p>

  6. Merci pour ton commentaire, effectivement la tenue du dos est très importante, elle contribue à l’équilibre du cavalier qui, quand il est obtenu (équilibre du piéton) permet la décontraction des jambes et donc une assiette totalement efficace.

  7. claudine fabre dit :

    Bravo pour ce site précis et ouvert à tous.J’aime l’association constante entre la technique équestre et l’amour du cheval.Enfin un professionnel qui parle d’abord avec son coeur. C’est peut-etre pour cela que pour nous l’équitation est un art de vivre.A bientot donc,ici…et ailleurs.Claudine.

  8. Brigitte dit :

    Je viens de découvrir votre blog par hasard, et après la lecture de quelques articles, j’ai mis le lien dans mes « favoris » !
    Je voulais vous poser une question, car jusqu’à maintenant, je n’ai eu que des avis différents, et j’aurais voulu avoir le vôtre : quand on longe un cheval, vaut-il mieux le longer en caveçon, en licol ou en filet ( avec ou sans alliance ) ?

  9. […] Faut-il longer son cheval en caveçon, en filet ou en licol ? Si je prends l’exemple d’Arly, j’ai commencé à le longer en caveçon. Je pense que c’est un bon outil, à condition d’être correctement utilisé. Je choisis toujours un caveçon espagnol car c’est léger et facilement adaptable à bon nombre de chevaux. Par contre, il est impératif de sérieusement le rembourrer au niveau de la muserolle. Bien ajusté pour ne pas battre sur le chanfrein ni tourner sur l’œil, le caveçon laisse la bouche intacte lors des démarrages intempestifs du cheval et a un rapport précis avec la tête : le fait que la longe soit attachée sur le devant de la tête permet à celle-ci de bien tourner dans le sens de l’incurvation. Encore une fois, si le caveçon est bien adapté et bien ajusté il peut être supporté par tous les chevaux. Arly est un cheval qui n’a jamais tiré sur sa longe, il avait même la tendance inverse et je devais sans cesse le renvoyer sur son cercle. Il m’arrive de le longer sur le filet avant de le monter lorsque je sais qu’il ne va pas faire le fou. Ma longe est alors attachée à une alliance pour répartir de façon un peu plus égale la tension sur les deux anneaux du mors. N’utilisez cette façon de faire qu’exceptionnellement et si votre cheval ne tire pas du tout car c’est contraignant pour la bouche de ce dernier. Maintenant que mon cheval travaille tout à fait correctement à la longe, je n’utilise pratiquement plus que le licol (un licol normal, car les licols américains, de par leur finesse, peuvent être agressifs en cas de contact un peu fort). C’est un matériel léger, pas du tout contraignant et si votre cheval est bien éduqué je ne vois pas ce qui vous empêcherait de l’utiliser. Attention, si vous avez un cheval, jeune ou moins jeune, peu respectueux de votre main et qui vous emmène à l’autre bout du manège, préférez le caveçon !   […]

  10. Brigitte dit :

    <p>Merci beaucoup pour votre réponse.</p>

  11. Flo dit :

    <p>Bonjour,<br />
    Je suis à la recherche de conseils pratiques concernant le travail à la longe. Je suis longeuse débutante avec un cheval qui n’a jamais été longé sérieusement et qui a plein de mauvaises habitudes.<br />
    – Par rapport à la position du longeur, si je mets vers sa croupe il va de l’avant mais quand je me mets vers son avant main pour renforcer ma demande vocale pour qu’il s’arrête, il panique, accélère et fuit en avant. Peut-être faut-il que je le travaille en liberté pour reprendre ça ?<br />
    – Quand il s’arrête, il tourne systématiquement les postérieurs hors du cercle pour me faire face. Du coup je l’arrête le long d’une barrière. Comment faire pour progressivement l’arrêter droit sans aide ?<br />
    – Alors que mon cheval est plutôt calme et se concentre de mieux en mieux à la longe, à main droite, il évase le cercle vers la porte de sortie. Au trot mais plus souvent au galop, il tente de changer de main et part vers la porte et je me retrouve pendue à sa bouche, chacun de nous tirant dans le sens inverse. Que faire ?<br />
    Merci de prendre le temps de me répondre !…</p>

  12. Je vous remercie de participer à la vie de ce blog. Je vais bien sûr vous répondre, mais soyez patiente, cela peut prendre qulques jours.

  13. Je trouve enfin le temps pour vous répondre.
    Etes-vous habituée à travailler en liberté? Si oui, alors peut-être serez vous plus à l’aise pour résoudre votre problème, je doute quand-même que ça marche, si non, ça risque d’être pire car vous n’aurez plus la longe pour contrôler un minimum.
    Je pense que ce que vous faîtes est juste mais que vous n’allez pas assez loin dans votre démarche. Il faut aller jusqu’à vous mettre carrément devant votre cheval, en faisant des vibrations importantes sur la longe et éventuellement, aprés avoir lâché votre chambrière, levez une main devant lui en répétant l’ordre vocal. Puis caressez le longtemps et recommencez jusqu’à pouvoir progressivement supprimer de plus en plus d’actions.
    Pour l’arrêt, ne restez pas au centre du cercle, car à chaque fois il se tournera pour vous voir. Allez à lui au contraire, et lors de votre demande pour vous mttre sur le cercle devant lui, il sera content de vous voir. Et là, c’est pareil, diminuez petit à petit cette aide jusqu’à pouvoir à nouveau rester au centre.
    Dans l’absolu, je vous dirais que dès qu’il commence à trop évaser son cercle, il faut légèrement céder de la main et gentiment reporter en avant, mais c’est un travail qui demande un peu de dextérité et s’il n’est pas bien fait, cela peut être pire. Alors je vous dirai simplement de choisir l’option la plus simple et sans danger qui consiste, quand vous êtes au galop à main droite de vous mettre à l’extrémité de l’endroit où vous longer et ainsi d’être canalisée par le mur ou la barrière. Mettez vous même près de la porte de sortie; ça ne sert à rien de bagarrer, attendez qu’il se calme et s’améliore et petit à petit vous pourrez vous éloigner progressivement.

  14. Jean-Michel dit :

    Bonjour Mesdames,

    Eh oui, l’équitation a beau être pratiquée en France à 80% par les femmes, il reste néanmoins les 20% dont je fais partie. Pardonnez-moi mon intrusion masculine dans vos échanges.
    Il est connu que l’Homme est guidé par le pragmatisme, la Femme par l’affectif…
    Le terme de « rond de longe » est déjà à mon avis un non-sens. Si vous disposez d’un enclos rond, « round pen » ou « arena », pourquoi vous compliquer la vie avec une longe?
    Plus de longe, plus de questions métaphysiques du genre « en caveçon? en licol? en filet? »…
    Je rejoins totalement Marie-Hélène, le travail en liberté demande une expérience certaine, voire un accompagnement et ….les instalations adéquates. C’est là que l’équitation dite « éthologique » pourrait vous être d’une grande aide.
    La longe ne devrait être utilisée qu’en dernier recours quand vous ne disposez pas d’enclos rond, en déplacement, en concours. L’essentiel étant que vous aurez appris à votre cheval que VOUS êtes l’objet des ses préoccupations.
    Et oubliez cette idée reçue ou ce mythe qui voudrait que « le cheval jette son feu  » avant de travailler. C’est une forme de rebellion contre vous ou contre le travail, ce peut être risqué pour lui et pour vous. Ou cela pourrait signifier qu’il est trop nourri ou qu’il ne travaille pas assez. Le cheval doit entamer une séance de travail sereinement, tout comme vous qui ne devez pas tolérer ses « explosions ». C’est là que la longe a son effet pervers « avec la longe je vais tempérer ses ardeurs ». NON, 0 tolérance! Et sans longe!

    Si vous êtes contraintes à la longe, oubliez le filet. Ce que vous faites à pied devrait être au plus proche de ce que vous ferez monté. Le pire montage est celui du type « rêne Colbert », la longe passant sur la nuque du cheval. Changements de main dans le cercle impossibles.
    Le moindre mal est l’alliance de mors mais vous intervenez toujours sur la bouche du cheval sans contrôle. Le cheval ne retrouvera pas monté ce qu’il aura ressenti à la longe…
    Avec ou sans enrênement, les moins mauvais restent le licol, de préférence en corde type western, ou le caveçon, s’il est bien ajusté. Au moins, il n’y a que peu d’interférences entre l’action de l’enrênement sur l’embouchure pour l’attitude et vos actions sur la muserolle du licol ou du caveçon pour les allures.
    Que vos chevaux aient beaucoup de plaisir!
    JM

  15. florence dit :

    Bonjour à tous
    Je viens d’acquérir un cheval qui a été oublié en pature environ un an à ce qu’on m’a dit: il faut qu’il grassisse et qu’il se remuscle.
    Il a 8 ans et semble avoir déjà travaillé.
    Avant de le longer je ne l’avais jamais fait donc je suis encore maladroite.
    Mon gros problème est que je ne parviens pas à le faire galoper et je ne veux pas utiliser la chambrière comme un moyen de punition car il me semble t-il je ne parviendrais plus à travailler correctement les autres allures et transitions.
    Alors comment puis-je faire?

  16. Je vous conseille vivement de vous faire aider de quelqu’un sachant déjà longer. Si ni votre cheval ni vous n’êtes habitués à ce type de travail vous risquez d’avoir de réelles difficultés!
    Pour ce qui est du galop, peut-être est-ce prématuré? Va-t-il déjà bien au pas et au trot? Si ce n’est pas le cas, confirmez avant tout ces deux allures. Si, par contre, c’est le cas, et bien le problème peut avoir de multiples raisons : cercle trop petit demandant trop d’efforts à votre cheval, ou au contraire, cercle trop grand, votre cheval n’est pas à portée de chambrière, il le sait et en profite, ce qui est légitime si l’exercice lui demande des efforts. La chambrière peut alors entrer en contact avec le cheval pour renforcer votre demande verbale, sans qu’il s’agisse forcément d’une punition, tout dépend de la façon dont vous vous en servez!

  17. catherine dit :

    Bonjour, je tente une question ne sachant pas très si votre blog est toujours en activité, si c’est le cas, c’est une bonne idée.
    Je n’a pas l’habitude de longer mais je dois m’y mettre. J’ai un frison de 5 ans et l’on me conseillait de la travailler avec un gogue afin qu’ellepuisse traailler correctement et muscler son dos. Elle a tendance comme beaucoup de frison à avoir la « tête en l’air »…
    Je veux bien quelques conseils sur le temps nécessaire, la fréquence et la meilleure solution pour travailler correctement ma jument. Je vous remercie.

  18. Je suis désolée, mais je ne vous conseillerai pas de longer votre jument en gogue. Je ne suis pas très adepte des enrênements qui plus est lorsque l’on est encore un peu débutant dans l’activité, là, en l’occurence la longe.
    C’est un ensemble qui fera que votre jument retendra son dos. Travaillez la aussi montée en descente d’encolure, donc tête en bas, le plus possible. Apprenez lui à céder à de petites pressions des doigts sur la nuque, comme le font les ostéopathes. Et quand elle aura compris et qu’elle baissera facilement la tête, et si tant est qu’elle accepte que la longe soit accrochée au mors, qu’elle ne tire pas du tout et qu’elle ne manifeste pas de velléité de se mettre bebout, vous pouvez passer la longe en rêne Colbert. Elle baissera alors peut-être plus facilement l’encolure.
    Donnez nous des nouvelles.

  19. mouad dit :

    bravo et merc pour ce blog mais je suis pas dacord sur ton 3° point par fois en est obliger d’etulisé l’enrenement mais en fonction du travail demander

  20. paquot dit :

    bien d’avoir ouvert se blog ,je suis moi meme moniteur depuis deja 5 ans et je trouve bien de donner des conseils pratique bien surtout pour seul qui se pose des questions de commencer ou pas sa aide bien deja pour la reflection de se lancer ou pas .

  21. Pauline dit :

    Bonsoir,

    Tout d’abord, bravo pour ce site, il est super !

    J’aurais aimé vous poser une question en espérant que vous ayez le temps d’y répondre. Je viens d’acquérir un cheval de 9ans, mais il est un peu trop grassouillet. Les anciens propriétaires m’ont plus on moins fait comprendre que pour qu’il retrouve une belle ligne, il allait y avoir beaucoup de travail.
    Ainsi, quels exercices puis-je lui faire faire ? Le travailler à la longe est-il suffisant pour l’instant ? Si oui, combien de temps par jour ? 30min ? 1h ?

    En vous remerciant par avance,

    Pauline

  22. Bonsoir Pauline,
    Pour commencer, il faudrait savoir combien mange votre cheval par jour, et quel est son poids.
    Ensuite, quelles sont ses conditions de vie? Va-t-il au paddock? Est-il monté en extérieur? A-t-il la possibilité, lorsqu’il travail, de s’exprimer dans des allures étendues?
    Toutes ces points que je soulève dans mes questions peuvent avoir un lien avec le poids.
    S’il ne travaille pas du tout, la longe est mieux que rien, mais pas suffisante, et à ne pas pratiquer sur les temps que vous m’indiquez. Travailler 30 mn est déjà trop long, alors vous pensez, 1h!!
    Pendant tout ce temps, il faut réaliser que le cheval reste en cercle, et que c’est contraignant pour son physique.
    Mais dites m’en un peu plus, et je tâcherai de vous proposer des réponses plus concrètes.
    A bientôt.

Leave a Reply