Archive for août, 2007

La longe : conseil n°3

jeudi, août 2nd, 2007
  • L’enrênement n’est en rien une obligation lors de la longe.

Je ne suis pas du tout adepte des enrênements et n’en utilise jamais.

Je trouve qu’ils contraignent inutilement le cheval. Allez donc monter pendant un an avec un manche à balai dans le dos parce que vous ne vous tenez pas droit en selle, et voyez un peu le jour où vous l’ôtez si cela à changé quoique ce soit…

De plus, outre qu’ils ne respectent que très rarement le physique du cheval, en provocant probablement plus de souffrances que de confort, ils ne servent qu’à masquer l’impatience et le manque de compétences.

La longe : conseil n°2

jeudi, août 2nd, 2007
  • On ne longe pas un cheval uniquement à défaut de pouvoir le monter, mais aussi pour l’échauffer.

Pour détendre votre cheval dans le respect de son intégrité physique, commencez par au moins 5 min de pas à chaque main, en le laissant marcher à son rythme. Ensuite, selon ses dispositions physiques, prenez soit le trot soit le galop.

 En effet, certains chevaux sont plus à l’aise au galop qu’au trot au début du travail : ils s’articulent lieux dans cette allure qui est basculée. De plus, si le cheval a des raideurs articulaires; commencez à la main à laquelle elle se fait le moins sentir. Au début de chaque allure (trot ou galop), lassez là encore le cheval aller à son rythme. veillez néanmoins à ce que son allure, si lente soit-elle, soit juste. Ensuite vous pourrez alterner les allures comme vous voudrez et selon les besoins de votre monture.

Afin de ne pas fatiguer ou blaser votre cheval, ne travaillez pas plus de 5 min à chaque main. Variez la taille des cercles, intercalez-les avec des périodes durant lesquelles vous marchez large. Vous en profiterez pour vérifier la rectitude.

 Si vous montez votre monture après le temps de longe, 10à 15 min suffisent. Si vous ne comptez pas le monter, ne longez pas pour autant plus d’une demi heure. Profitez du temps qu’il vous reste pour le faire brouter, vous promener à pied à ses côtés, lâchez-le et, pourquoi pas,  jouez avec lui. A vous d’être inventif !

Restez toujours attentif aux signes que vous communique votre cheval : fatigue, agacement, lassitude. Ne vous acharnez pas, sachez remettre au lendemain.

Soyez compréhensif et respectueux, ne vous fâchez pas et tout ira mieux.