Colloque sur les 4 écoles d’art équestre

 Je ne vous parlerai pas de chaque allocution, mais seulement de celles qui ont attiré mon attention.

colloque 4 écoles

La matinée a commencé par une présentation des 4 écoles par leurs directeurs respectifs, puis nous avons eu une communication très intéressante sur l’analyse des séquenses ADN du cheval lusitanien afin de comprendre les origines de la race.

Le professeur Artur da Camara Machado nous apprend que la comparaison des données obtenues avec d’autres modèles équins, montre qu’il existe des similitudes avec d’autres races. Ceci indique que la péninsule ibérique fut un refuge pour des population de chevaux sauvages durant la dernière ère glacière.

Ensuite une intervention de l’espagnol Juan Carlos Altamirano Macarron nous révèle les origines de la doma vaquera. Celle-ci se développe au 18e siècle, au moment où la noblesse s’investit dans la confrontation avec le taureau de combat. Le développement de ces animaux combatifs fera abandonner ces pratiques à la noblesse et elles seront reprises dans les élevages à la campagne.

Après le déjeuner, Guillaume Henry nous a parlé des divergences et similitudes entre les 4 écoles. Il pourrait en ressortir ceci : Saumur, grand pôle pluridisciplinaire, axé sur la formation, la recherche, est tournée vers une équitation de traditions plus utilitaires qu’artistiques. Cette école utilise les chevaux de l’élevage français. Jerez se veut la représentante de la culture équestre andalouse dans sa globalité : attelage, équitation de travail, équitation plus classique. Elle utilise des chevaux de Pure Race Espagnole et des chevaux espagnols croisés avec d’autres races, comme l’anglo arabe par exemple. Lisbonne et Vienne, quant à elles, sont plutôt des conservatoires : conservatoire de l’Alter Real pour la première et du Lipizzan pour la seconde, et conservatoire également d’une équitation classique (XVIIIe siècle).

Pour les autres communications, je pense que  si vous êtes intéressé(e)s, je vous signalerai en son temps, la parution des actes du colloque.

Leave a Reply