De l’utilité du pas.

En premier lieu, le pas est l’allure reine pour l’échauffement d’un cheval à la sortie du boxe et pour le retour au calme avant de rentrer au boxe.

Ensuite, cette allure restitue le calme lorsque celui-ci s’est altéré aux allures supérieures et permet par conséquent de revenir sur des actions incomprises ou mal exécutées. Elle permet également d’entreprendre de nouvelles figures ou de nouveaux assouplissements, tels les pas de côté. Le bénéfice pour le cheval étant de pouvoir prendre plus de temps pour comprendre ce qu’on lui demande, donc de moins stresser et de voir les risques de se blesser, diminuer.

En outre, c’est au pas que se vérifie la véritable impulsion qui est de se porter généreusement en avant et dans le calme.

Il n’est pas négligeable, non plus, de constater que d’un point de vue gymnique, le travail au pas introduit bien le galop. Le mécanisme du pas est plus proche de celui du galop que de celui du trot. 

webkrisiber.jpeg webadrdscn2584.JPG webdanboemio.jpeg

Qui veut voyager loin ménage sa monture

Racine « Les plaideurs »

Leave a Reply