Quelques éléments d’explication de l’épaule en dedans.

 webregarddsc00373.JPG

L’épaule en dedans est un déplacement latéral dans lequel le cheval est incurvé dans le sens inverse à la direction, ex : dans l’épaule en dedans à droite, il est incurvé à droite et va vers la gauche.

epaulepatouimg_0051.JPG epaule-krisdsc00409.JPG

L’incurvation peut être plus ou moins importante, mais toujours régulière. Elle reste toutefois modérée, car toutes les parties du cheval n’ont pas la même souplesse. Cette incurvation doit être proportionnée à l’obliquité du mouvement. Quand cette dernière est faible, l’incurvation l’est aussi, et vice versa. Le respect de cette règle permet au hanches de toujours cheminer en oblique par rapport au mouvement, de plus, la hanche intérieure peut s’abaisser en basculant. C’est cette gymnastique qui constitue l’un des intérêts de l’épaule en dedans.

Dans l’épaule en dedans, les membres se chevauchent, et ce chevauchement est fonction de deux choses : l’ampleur des pas, et l’obliquité du mouvement. Si celle-ci est faible, le chevauchement ne se fera que si les pas sont grands, et si elle est plus importante, un pas plus petit suffira pour que le croisement des membres se fasse.

epauleadrienrscn2505.JPG epauledanyimg_0043.JPG

L’épaule en dedans présente donc deux points importants : l’obliquité et l’incurvation. Une recherche permanente en vue d’un bon dosage est nécessaire car ces deux notions sont complémentaires, mais peuvent devenir contradictoires. C’est l’obliquité qui donne à l’épaule en dedans son caractère latéral en obligeant la hanche intérieure à s’abaisser, comme on l’a vu plus haut, et en même temps, l’incurvation, en avançant cette hanche, aide le postérieur interne à ébaucher le mouvement de croisement.

L’épaule en dedans peut se pratiquer avec des angles différents selon le but recherché, le stade de dressage du cheval ou ses déséquilibres à redresser. Au debut de l’apprentissage de l’épaule en dedans, on choisira l’angle le plus facile pour le cheval, puis progressivement, on augmentera la difficulté en diminuant ou en augmentant l’angle, selon ce que le cheval a besoin de travailler. Le plus souvent on parle d’un angle de 30°, mais on peut aller, comme Nuno Oliveira, jusqu’à 45°. On peut même, comme cela se pratiquait fréquemment à l’époque de la Guérinière, pour “débloquer” un cheval qui a des difficultés à se déplacer latéralement, aller jusqu’à une obliquité proche de l’angle droit. Attention, alors, à ne pas “bousculer” le cheval qui pourrait se cogner les membres en les croisant trop rapidement.

Dans l’épaule en dedans, ce qui est difficile à rechercher, c’est la combinaison entre le mouvement latéral, et le mouvement avant, c’est-à-dire que les membres doivent croiser, mais aussi, avancer. Et l’épaule en dedans de 45° réunit assez bien, à mon humble avis , ces deux composantes.

L’épaule en dedans se pratique au pas, au trot, puis au galop, allure dans laquelle l’angle doit rester assez faible, faute de quoi, l’exercice devient fort pénible, voire dangereux, du fait de la dissymétrie du déplacement des membres. Au galop, d’ailleurs, l’épaule en dedans est maintenant souvent appelée : épaule en avant.

epaulemasterrscn2865.JPG

 

Cet exercice s’effectue sur une ligne droite, en cercle ou en diagonale.

Les aides à employer dans l’épaule en dedans feront l’objet d’un autre post.

3 Responses to “Quelques éléments d’explication de l’épaule en dedans.”

  1. sylou Says:

    j’ai pratiqué et pratique encore énormément cet exercice, car c’est un des rares qu’on puisse réaliser tout au long de l’apprentissage de son cheval, en variant, comme l’explique Marie L’angle et l’incurvation et les allures.
    Il m’a permit d’apprendre plein de chose à mon cheval et d’améliorer sa principale “déficience” de locomotion.

    Mon xs ayant un dos assez long, a en effet des soucis pour engager ses postérieurs sous la masse. L’épaule en dedans m’a permis d’améliorer l’engagement du postérieur interne de façon très appréciable.

    Une variante au galop, (communément appelé : galop redressé : peu d’angle, peu d’incurvation) m’a permis de passer mes transitions descendantes non “heurtées” comme celà était mon cas pdt longtemps. En effet, l’utilisation de la rêne extérieure qui “tient” l’épaule extérieure , combiné à une action de jambe intérieure, permet un freinage très souple. Super dans la transition galop – pas par exemple. cela m’a aussi permis de cesser de me faire embarquer en extérieur, sur les lignes droites au galop.

    C’est aussi un excellent exercice d’extérieur ! Combien de jeunes chevaux refusent de marcher sur les bas côté, préférant le contact parfaitement plat du bitume : usure des fers et danger accru avec les voitures. L’épaule en dedans est la solution suprême, qui évite conflit et brutalité.

    Alors : l’épaule en dedans : recette à tous les maux ? et bien moi je le crois !

  2. julie Says:

    J’ai une trotteuse de 10 ans, qui a un lourd passer de courses attelées, et un probléme de hanche droite, donc j’essaie de la travailler avec l’épaule en dedans mais elle n’arrive pas à déplacer son postérieur sous sa masse et rechigne à s’incurver, et je ne veux pas avoir des aides trops dures et lourdes. Alors comment l’amener sans la brusquer?

  3. Marie-Hélène Says:

    Tout d’abord, j’aimerais vous demander quel est le problème de hanche de votre jument. Est-ce un problème de conformation d’origine? Ou un problème acquis à la suite d’efforts répétés? Avez-vous vu l’ostéopathe? Je ne peux guère vous répondre objectivement, ne connaissant pas la jument. Mais je peux peut-être vous poser des questions qui vous amènent à trouver les bonnes réponses. L’épaule en dedans est déjà un exercice difficile à très bien faire, comment se comporte-t-elle sur ses cercles? Faites-vous des petits cercles, en changeant souvent de main, bien entendu? Lorsque vous êtes en épaule en dedans, ne mettez-vous pas votre jument dans une attitude trop contraignante, par exemple trop relevée? Ne la bloquez-vous pas dans les mains? n’êtes-vous pas trop dure dans votre jambe intérieure? Ce qui pourrait amener votre jument à se coucher dessus au lieu de croiser son postérieur.
    Voyez déjà cela et n’hésitez pas à me dire ce qu’il en est, c’est intéressant pour moi et tous les autres blogueurs. A bientôt.

Leave a Reply