Archive for mai, 2008

Allongement et légèreté.

mardi, mai 27th, 2008

Je faisais récemment travailler une nouvelle élève sur sa reprise de dressage. Cette cavalière possède une jolie jument allemande qui a un trot allongé je dois dire, assez exceptionnel.

 Le problème récurant est que la jument finit ses reprises en étant toujours de plus en plus lourde.

Je pense que le problème vient du fait qu’à vouloir tant développer le trot, la cavalière va au delà de ce que peut donner sa monture en restant dans les limites d’une certaine légèreté. Celle-ci termine sa diagonale, armée sur la main et est difficilement rééquilibrable.

Je crois que la cavalière pourrait réduire quelque peu l’intensité de son allongement au profit de la légèreté et donc de tout ce qui s’en suit, et pourrait ainsi, améliorer les notes de ses dernières figures.

Masters ibériques

dimanche, mai 25th, 2008

Les masters ibériques, circuit grand ouest, organisent leur prochain concours le week end du 31 Mai-1 Juin 2008 au haras du Lion d’Angers.

webmasterdscn2887.JPG

A cette occasion, l’Association Française du Lusitanien organise également un concours de modèles et allures.

Venez nombreux, le déplacement en vaudra la peine.

Voici quelques belles phrases à méditer.

dimanche, mai 18th, 2008
Xénophon (430-355 av J-C) disait déjà :
« Si quelqu’un, montant un bon cheval de guerre veut le faire paraître avantageusement et prendre les plus belles allures qu’il se garde bien de le tourmenter soit en lui tirant la bride soit en le pinçant de l’éperon ou en le frappant avec un fouet, par où plusieurs pensent briller.[…] »

webxenophon.jpeg

Ce grand homme écrivait encore :

« […]Ce qu’un cheval fait par la force il ne l’apprend pas et cela ne peut être beau, non plus que si on voulait faire danser un homme à coup de fouet et d’aiguillon : les mauvais traitements ne produiront jamais que maladresse et mauvaise grâce. […] »

Salomon de La Broue (XVIe siècle) poursuivait en écrivant :

« Le libre consentement du cheval amène plus de commodités que les remèdes par lesquels on tâche de le contraindre, [aussi]le Cavalcadour doit-il user d’une grande douceur et patience […] afin de conserver, tant qu’il sera possible, le courage et l’allégresse du jeune cheval, qui est une des notables considérations de cest art. »

websalomon.jpeg

Montfaucon de Rogles (XVIIIe siècle) nous parle quant à lui, d’équilibre:

 » Il n’est que trop ordinaire de se persuader qu’un cheval tenu et renfermé dans les mains et dans les jambes est en équilibre sur les hanches ; cependant, si on observe attentivement ce qui résulte de cette façon de rassembler, on sera bientôt dissuadé… Le cheval n’est que dans un équilibre apparent, qu’il doit uniquement à l’appui qu’il prend sur la main… aussitôt qu’on lui rend la bride, la contrainte douloureuse qu’il vient de ressentir sur les jarrets, l’excite à rejeter le poids de son corps en avant et à le remettre sur les épaules : on est donc réduit à récidiver l’opération à chaque instant, opération… qui fait qu’on estropie tant de chevaux sans parvenir à les asseoir : pour éviter de pareils écueils, suivons donc une autre route. »

Enfin, pour terminer, je citerai le général L’Hotte (XIX-XXe siècle) :

« […] La marque de la haute école de l’équitation savante, artistique, haute équitation, comme on voudra l’appeler, se trouve donc, non dans des mouvements extraordinaires mais dans la parfaite légèreté, que les mouvements soient simples ou compliqués. »

A vous donc maintenant, de méditer…et d’appliquer.

Nouvelle pension à Joué les Tours.

dimanche, mai 18th, 2008

Un particulier propose en location des boxes pour des pensions complètes avec paille et foin à Joué les Tours, près de Tours. Une carrière de 40×20 m toute neuve, des paddocks, une sellerie et une douche sont à la disposition des cavaliers propriétaires.

n° de téléphone : 06 08 05 57 60

Vérification de l’équilibre et de la légèreté.

samedi, mai 10th, 2008

Je vous propose deux petits exercices pour tester l’équilibre, la légèreté et la perméabilité aux mains et aux jambes, de votre cheval.

Dans un premier temps, marchez à pas comptés, c’est à dire, décomposez le pas au point de demander la mobilisation de chaque membre l’un après l’autre, en vous arrêtant presque, entre chaque pas.

webpasapap1010498.JPG

Dans un second temps, je serais tentée de dire, reculez à pas comptés. Décomposez votre reculer en mobilisant chaque diagonal l’un après l’autre, en arrêtant le cheval entre deux diagonaux.

webpasapaimg_0361.JPG  webpasapaimg_0362.JPG  webpasapaimg_0363.JPG

 

Dans ces deux exercices, utilisez vos aides avec une grande parcimonie afin de tester la réactivité de votre monture.

Le but étant de rechercher l’équilibre et la légèreté, ne laissez pas le cheval s’appuyer ou tirer pour forcer la main en se mettant sur les épaules, ni reculer avec précipitation, non plus. Attention, un manque de délicatesse de votre part, peut vous rendre responsable des erreurs de votre cheval.

J’attends avec impatience que vous me communiquiez le résultat de votre travail. N’hésitez pas à me faire part de vos difficultés, afin que nous puissions voir ensemble comment apporter une amélioration.

Une idée pour améliorer la tonicité du pas.

dimanche, mai 4th, 2008

Je vais prendre l’exemple de mon cheval, Arly, qui manque de tonicité au pas.

Je travaille toujours assez longtemps le pas en début de séance, et j’y reviens en fin de séance. En début de séance, il me sert à échauffer en douceur les muscles de mon cheval, car même si je le longe toujours avant de le monter, pour lui les choses changent beaucoup dès lors que je suis dessus : son dos s’affaisse, il perd en puissance, et l’engagement et la poussée des postérieurs diminuent.

En fin de travail, j’utilise de nouveau le pas comme retour au calme et parce que mon cheval étant bien échauffé, il est plus à l’aise et me donne de meilleures choses.

Lorsque je débutais mon travail au pas, j’avais, depuis longtemps, pris l’habitude de demander d’emblée à Arly de se livrer dans le pas. De ce fait, il se mettait naturellement en extension d’encolure, donc dos plutôt bien orienté.  Mon but étant d’avoir un pas ample, tonique et bien articulé.

webpasp1000584.JPG

Mais finalement, j’ai bien vu qu’il peinait dans ce travail, je ne le sentais pas vraiment se porter en avant de bon coeur et je devais le solliciter trop souvent à mon goût. Bien sûr, je m’appliquais à faire et refaire, et c’est là que le bât blesse, à re-refaire la leçon de la jambe, avec descente de jambes entre chaque demande, mais tout était un peu à recommencer à chaque fois. Ce n’était pas franchement mauvais, mais pas non plus tout à fait satisfaisant. Il faisait beaucoup d’efforts pour s’articuler, et les mouvements de balanciers de l’encolure étaient, de ce fait, fort prononcés, ce qui induisait une instabilité de l’avant main assortie de manifestations d’agacements de sa bouche à l’encontre du mors et de ma main qui, alors avait du mal à se fixer.

Depuis une quinzaine de séances, j’ai radicalement changé mon travail. J’échauffe toujours longuement à la longe, et je travaille toujours autant le pas mais je ne demande plus le mouvement en avant en extension d’encolure. Au contraire, je laisse Arly marcher à la vitesse qu’il peut me donner sans effort, ce qui ne l’incite plus à tirer l’encolure vers le bas pour s’aider. Il se tient alors dans son équilibre naturel qui est assez relevé, et je ne recherche que la légèreté. J’essaie d’être extrêmement délicate dans mes mains afin de ne prendre ni ne donner l’envie à Arly de prendre de contact inutile. Je n’interviens sur sa bouche que pour demander ou restaurer la flexion de mâchoire et de nuque, et légèrement déplacer les épaules pour tourner. Je sanctionne par un petit demi-arrêt toute velléité d’appui de sa part. Je l’aide ainsi à se mettre aussi peu que possible sur les épaules.

webpaslentp1010501.JPG 

Petit à petit, je le sens devenir plus autonome, plus décontracté, aussi. Il ne se défend plus avec ma main. J’ai retiré les éperons et ne me sers de la cravache que deux ou trois fois en début de travail s’il passe en arrière de mes jambes. Un petit tapotement derrière la jambe suffit à déclencher une plus grande réactivité qu’auparavant, d’ailleurs.

J’arrête souvent, je recule, je fais un pas en avant, puis un autre, de façon très décomposée, afin de contrer le moindre déséquilibre sur les épaules.

webpaslentp1010505.JPG

Mon cheval est comme un ressort grippé qui se remet à fonctionner, et au bout d’un moment, en équilibre, ayant concentré sa force et son énergie grâce à ce travail rassemblé, il allonge sans effort et tient cet allongement bien plus longtemps qu’avant.

webpaslentp1010499.JPG

Je pense aussi, qu’après s’être énormément concentré mentalement pour aller lentement, être autonome, et gérer au mieux son équilibre, le cheval accueille avec plaisir l’allongement qui est pour lui, à ce moment là, comme une pause, une récréation, une certaine liberté.