Archive for juin, 2008

Repos dominical.

dimanche, juin 29th, 2008

Voilà bien la plus saine des occupations!

webbroutp1010873.JPG

Pourquoi nos 2 compères aiment particulièrement les dimanches : 

Pour visionner les vidéos, cliquer 2 fois sur la flèche de lecture.

Roulades: une 1ère vidéo

 

On a beau être amis…ce  n’est pas pour autant que toutes les familiarités sont permises. Galaad est patient…mais tout de même…Arly, le petit pénible, très joueur, n’a que ce qu’il mérite…

Visiblement, il n’est pas pour autant traumatisé.

Ruades: une 2nde vidéo

A propos de la contre épaule en dedans.

samedi, juin 28th, 2008

Pour répondre à une question sur la contre épaule en dedans… 

Je trouve que la contre épaule en dedans est un bon exercice préalable à l’épaule en dedans. En effet, la barrière ou le pare-bottes le long desquels le cheval se déplace, étant tourné vers l’extérieur, offrent un canal avantageux.

Dans l’épaule en dedans, le cavalier se trouve confronté à l’envie que peut avoir sa monture de  quitter la piste en traversant la main. Dans la contre épaule en dedans ce phénomène est peu probable et le cavalier peut alors concentrer ses efforts sur le déplacement des épaules et des hanches

Dans la contre épaule en dedans, pas plus que dans l’épaule en dedans, votre cheval ne doit chasser les hanches; donc, comme dans la contre épaule en dedans vous devez lui tourner les épaules vers l’extérieur, n’oubliez pas de vous mettre auparavant en piste intérieure afin qu’il ne soit pas gêné par la lice ou le pare-bottes. Si vous oubliez de le faire, votre monture ne pouvant déplacer ses épaules, chassera les hanches vers l’intérieur pour répondre comme elle peut à votre demande de latéralité.

Un petit bémol cependant, j’ai vu certain chevaux ne pas apprécier de travailler tournés vers le pare-bottes, ayant sans doute l’impression d’être « coincés » dans l’exercice et donc, de ne pouvoir fuir en cas de besoin.

Dans ce cas, travailler dans un angle faible, redresser souvent, ne pas précipiter le pas, et ne prendre le trot que lorsque l’on sent le cheval calme et détendu.             

Arly découvre la monte en amazone…suite

dimanche, juin 22nd, 2008

Monte en amazone: une 1ère vidéo

Voici mon sentiment sur un point qui me paraît important dans l’équitation en amazone. Il n’engage que moi et n’a d’autre valeur que de vous faire partager ce que j’ai ressenti.

 Pour moi, la monte en amazone ne procure pas la même sensation d’être « dedans » qu’à califourchon, sensation très agréable et parfois si forte que l’on a l’impression de ne faire qu’un avec son cheval.

Lorsqu’un cavalier est bien placé, l’assiette profonde, le rein souple mais puissant et les jambes très descendues, il a une présence en selle qui magnifie tous les exercices. Mais s’il vient à se contracter dans son bassin et donc dans son corps, cette contraction se propage très rapidement dans les jambes qui se mettent à serrer, taper ou bouger en tous sens. Le cavalier se raccroche ou s’agite, c’est au choix! Le cheval subit alors des désagréments au niveau de la cage thoracique qui peuvent aller jusqu’à l’oppression.

Il me semble qu’en amazone ceci n’est pas possible. En effet, si l’amazone est contractée, elle se raccrochera probablement à la bouche de son cheval, comme notre cavalier montant à califourchon, d’ailleurs, mais elle ne pourra pas serrer ses jambes autour de la cage thoracique, tout au plus se raccrochera -t-elle aux fourches, ce qui me paraît être un moindre mal : d’où des actions d’assiette et de jambes peut-être moins efficaces, mais aussi dans certains cas, moins dommageables pour le cheval.

Points importants de la position en amazone.(2ème partie)

dimanche, juin 15th, 2008

Some advices for horse women who use side saddles.

Les deux fesses de l’amazone doivent être sur une ligne la plus perpendiculaire possible par rapport à l’axe de marche du cheval, et de chaque côté de la colonne vertébrale du cheval. 

Pour répartir de façon égale le poids du corps sur le dos du cheval, le buste sera porté légèrement plus par la fesse droite, car il faut compenser le poids des jambes à gauche.

La rectitude du buste doit partir des fesses, sous peine de torsion du dos. L’amazone doit pousser sa fesse gauche en avant jusqu’à ce que le haut de sa cuisse gauche soit arrêté par la fourche inférieure.

amazp1010617.JPG

Tournant son corps vers la droite pour garder ses épaules parallèles à celles de sa monture, il lui faudra un peu reculer sa fesse droite pour quasiment l’aligner sur la gauche.

La jambe droite doit trouver son point de tenue à la fourche supérieure, plutôt vers le bas de la cuisse, qu’au pli du genou. En effet, si ce dernier remonte au lieu de descendre, la solidité de l’amazone est compromise, la jambe droite risquant de sortir de la fourche au moindre mouvement brusque du cheval. Trop descendu, le genou risque d’attirer la fesse droite au delà de la ligne d’aplomb et l’amazone se retrouvera de travers.

La face externe du mollet droit doit exercer une pression contre l’épaule du cheval tout en restant néanmoins sur l’avancée du quartier gauche prévu pour recevoir la jambe droite. La fixité de l’amazone dépendra de cette pression qui sera augmentée aux allure vives ou à l’obstacle, par exemple, et qui évitera tous les tressautements du pied.

La pointe du pied droit est en bas pour la simple raison qu’ainsi, le genou se ferme mieux; elle doit également rester collée contre le cheval. En effet, une pointe de pied trop portée vers la gauche risque de se prendre dans le pare-bottes ou dans les arbres, en extérieur.

Sur cette photo, la pointe du pied droit est beaucoup trop haute.

amazp1010596.JPG 

Pour ce qui est de la longueur de l’étrier gauche, il est bon de l’adapter au travail recherché et au cheval monté. Cependant les avis diffèrent tout de même à ce sujet. Certains préconisent de chausser court afin que la jambe soit bien calée entre l’étrier et la fourche. Cela apporte solidité et confiance mais limite l’action de la jambe qui est quelque peu crispée. De plus, il y a risque de blocage en cas de chute et l’assiette est poussée trop à droite.

D’autres préfèrent chausser long, pour une plus grande liberté d’action du mollet, qui est plus descendu et agit mieux. En cas de problème, la jambe se dégage aussi plus facilement. Toutefois, la solidité n’est pas garantie et l’assiette, glissant désagréablement vers la gauche compromet la fixité en selle.

A vous d’essayer et de choisir en connaissance de cause!

Alors, à vos fourches, et faites-nous part de vos sensations!

Débuter l’équitation en amazone. (1ère partie)

dimanche, juin 8th, 2008

Voici quelques conseils pour celles et ceux (et oui, quoi qu’il se dise, les hommes aussi peuvent pratiquer l’équitation en amazone) qui voudraient découvrir la monte en amazone.

webamazp1010587.JPG

N’importe quel cheval bien dans sa tête, sage, et sans dysfonctionnement physique particulier,  peut être monté en amazone, néanmoins, pour être tout-à-fait agréable, il devra avoir reçu un bon dressage à califourchon, ou un dressage spécifique à l’équitation en amazone.

Le cheval destiné à être monté dans les fourches devra avoir reçu une bonne éducation à la cravache, censée remplacer la jambe droite.

Il y a différents modes de touchés de la cravache :

  • la cravache posée ou appuyée, qui aura un rôle de résistance ou d’entretien de l’impulsion;
  • des petits coups ou battements, qui renforcent l’action précédente si nécessaire;
  • le coup plus énergique, pour rappeler le cheval à l’ordre;

 Et différents points touchés :

  • sur l’épaule, pour l’empêcher de tomber à l’intérieur;
  • de la sangle au flanc, pour gérer l’impulsion;
  • sur la fesse, pour agir sur les hanches;

La sécurité, l’aplomb et l’équilibre de l’amazone dépendront du choix d’une bonne selle. Voici donc quelques points importants à respecter :

  • les fourches assez larges pour plus de confort doivent être suffisament recourbées pour offrir un bon point d’appui à la cuisse. La fourche inférieure, qui ne doit pas être placée trop haut, doit être plus longue et plus recourbée que la fourche supérieur.
  • le siège, qui doit être observé par rapport à la morphologie de l’utilisateur, ne doit pas avoir une ligne plongeante vers l’arrière, ce qui nuit grandement à l’équilibre de la cavalière ou du cavalier. Les sièges plats conviennent à tous, et les sièges à la ligne plongeante vers l’avant, très confortables, sont plus rares.
  • l’étrier doit de préférence être conçu pour se déchausser facilement et rapidement en cas de problème.
  • le tapis de selle ne doit pas être trop long, car, d’une part, l’étier gauche est chaussé plus court qu’à califourchon, et d’autre part, il ne doit pas nuire au bon emploi de la cravache.
  • une cravache de dressage suffisament longue est recommandée pour son emploi plus aisé en différents points.

La liste que j’ai dressée n’est pas exhaustive, j’ai seulement relevé les éléments qui me semblaient les plus importants.

Dans la deuxième partie, je parlerai de la position de l’amazone.

Quelques photos des masters ibériques au Lion d’Angers.

lundi, juin 2nd, 2008

Sympathique journée dans un très beau site, mais avec des conditions météorologiques difficiles.

weblionp1010649.JPG weblionp1010686.JPG

Néanmoins, de belles images nous restent en mémoire.

weblionp1010728.JPG weblionp1010741.JPG

weblionp1010708.JPG

weblionp1010719.JPG

Arly découvre la monte en amazone.

lundi, juin 2nd, 2008

Je suis montée en amazone sur Arly pour la première fois vendredi.

webamazp1010629.JPG webamazp1010613.JPG

Mon souci était de voir comment il allait réagir à mon absence de jambe droite, étant donné que c’est à main droite qu’il ne s’incurve pas très bien et qu’il tombe à l’intérieur.

J’ai pu constater avec satisfaction que de légères sollicitations de la cravache compensaient relativement bien le manque de la jambe.

webamazon.JPG webamazp1010620.JPG

D’où l’intérêt de travailler son cheval avec peu de jambes!

webamazp1010592.JPG webamazp1010615.JPG