Ebauche de piaffer.

Bohemio, cheval entier de 7ans, de pure race espagnole, est l’exemple type du bon cheval exploité trop tôt au rassembler sans travail de base préalable, pour les besoins de la vie de spectacle à laquelle il était destiné.

Voilà bientôt deux ans qu’il a quitté cette vie, ô combien stressante, pour intégrer une nouvelle maison avec de gentils propriétaires, désireux de lui offrir une vie douce, calme, et de lui faire oublier momentanément tous ces airs qu’il a appris dans un faux brillant et qui lui ont été demandés en dépit du bon sens.

Ensemble nous avons repris un travail de base faisant terriblement défaut. Le cheval ne marchait pas, passageait plus qu’il ne trottait, et galopait, soit beaucoup trop vite, soit par bonds quasiment sur place, et particulièrement inconfortables pour le cavalier.

Tout va beaucoup mieux maintenant, bien que ce cheval, extrêmement gentil par ailleurs, reste très délicat. Il est désormais possible de retravailler le rassembler, mais par doses homéopathiques, sur quelques foulées et en étant très sobre dans les demandes.

Pour ce qui est du piaffer, puisque c’est de cela dont je voulais particulièrement parler, nous l’abordons du pas. Bohemio étant un cheval énergique, mais excitable et encore enclin au stress, il a le tonus nécessaire pour piaffer à partir du pas, mais est néanmoins apaisé par cette allure. La transition du passage au piaffer requiert un niveau de dressage et une sérénité qu’il n’a pas encore, et la transition du trot au piaffer génère confusion et contraction, du fait de la concentration d’énergie qu’elle demande. Il n’arrive pas encore à s’organiser tranquillement.

Etant au pas, je ralentis en pesant particulièrement dans ma selle. Je décolle très légèrement mes jambes à partir des hanches pour un maximum d’efficacité au niveau de mon assiette. Mes mollets interviennent très légèrement au début de la demande de piaffer, et éventuellement une autre fois.
Si je sens que je dois de nouveau remettre les jambes, je n’insiste pas, et je préfère, plutôt que d’entretenir mon cheval, reprendre un travail préparatoire. C’est très peu dans le mouvement, que l’on travaille le mouvement, c’est en amont que l’essentiel se fait, et aussi, dans le soucis de savoir s’arrêter à temps, et dans le cas de Bohemio, en repassant calmement au pas.
Il y a une chose que j’essaie d’éviter à tout prix, c’est d’agiter mon corps pour entretenir le mouvement. Outre que je trouve cela très laid, je trouve que c’est aussi extrêmement gênant pour le cheval qui n’arrive pas, alors, à prendre la meilleure cadence qui soit pour exécuter ce qu’on lui demande.
C’est malheureusement un défaut que l’on constate souvent même au plus « haut niveau » (enfin…en compétition)!

Je laisse Bohemio avancer dans son piaffer (qui n’est pas du tout du passage, j’insiste à nouveau), car pour l’instant je sens qu’il est important pour lui de ne pas se sentir contraint sur place : l’appréhension d’être bloqué engendrerait de la contraction qui nuirait à la régularité de la cadence.

Je sais qu’il a la force pour pouvoir piaffer sur place, et je ne manquerai pas de vous montrer sa progression dans cet air qui peut être si beau.

5 Responses to “Ebauche de piaffer.”

  1. Sandrine dit :

    Une chose qui pourrait être très intéressante c’est comparer des vidéos d’airs obtenus pour du clinquant et avec un travail « rapide » mais qui ne permettent pas au novice de faire une différence avec justement des années de travail appliqué mais avec l’obtention de belles attitudes constructives pour le mental et la physionomie du cheval.

  2. Idée, effectivement intéressante!

  3. Malira dit :

    C’est avec plaisir que je découvre ton blog! Cette ébauche de piaffer est déjà très jolie à regarder! Merci pour les explications que tu donne, c’est vraiment très intéressant à prendre et à apprendre.
    Petite question: le piaffer est-il réalisable avec toutes les races de chevaux ou uniquement les ibériques..?

  4. je pense, en effet, que l’on peut piaffer avec des chevaux de toutes races. Après, évidemment, dans chaque race, il y a des sujets plus doués que d’autres. Mais avec un bon dresseur, beaucoup de choses sont envisageables.
    A bientôt.

  5. Malira dit :

    Merci beaucoup 🙂

Leave a Reply