A méditer.

Je vous livre ici, un extrait du très bon livre de J.-M.Denoix et J.-P. pailloux : APPROCHE DE LA KINESITHERAPIE DU CHEVALL.

Cet extrait fait partie d’un chapitre intitulé : Progression gymnique.
En ce qui concerne le respect de la fatigue musculaire, voila ce qui est dit : « …Les kilomètres de labourage musculaire que l’on impose au jeune cheval, sans interruption, sans repos, sans préparation, verrouillent totalement le sensoriel ; les grosses masses musculaires sont spasmées et douloureuses ; comment la motricité fine pourrait-elle filtrer? Le cheval n’est pas un haltérophile décérébré, il n’est pas une machine à fabriquer du muscle à des fins de compétition. Au contraire, c’est un équilibriste doué de l’harmonie des déplacements. Demandons à un funambule s’il peut assumer son art après une épreuve d’effort musculaire violent. Plus aucune sensibilité ne passera, ses gestes seront incontrôlés et tremblants. »

Ensuite, il s’agit du respect de l’âge et de la progression du cheval.
« Laissons au cheval le temps d’apprendre son corps, de le situer et d’organiser ses réflexes d’équilibration. Le risque de placer la volonté de l’homme avant la possession des acquis biodynamiques du cheval, est de créer des vides sensoriels, des compensations musculaires désharmonisant la locomotion, amputant le potentiel inné que possède tout poulain normal.

Les excés de gestes spécialisés établissent un nouvel ordre cinétique. L’élaboration du schéma corporel du poulain ne suis plus une écoute spontanée du corps, mais s’infléchit vers des retenues (ligne du dessus) qui laisseront des carences et des gestes amputés, désorganisés.

Les résistances que rencontrent les cavaliers de jeunes chevaux sont souvent l’expression de troubles cybernétiques issus de relations inadéquates et sourdes. Comment le poulain totalement immature peut-il avancer vers la virtuosité si la mémoire retient des sensations douloureuses? C’est pourquoi, l’absence de gymnastique préparatoire se retrouve et se paie après les épreuves de jeunes chevaux. Le dresseur, en termes clairs, doit ressentir l’instant et l’espace de compréhention de son élève qui se manifeste par un geste organisé, accepté, codé, sans relief douloureux, où le cheval participe généreusement au geste sportif. Il faut accorder à cet élève du temps pour la mise en place des circuits des programmes… »
« …Lorsqu’un cheval de CSO rentre en piste, l’engagement au galop doit rester ample et calme, ce qui n’est pas toujours le cas. L’exécution d’un saut de qualité est souvent en rapport avec une excellente préparation gymnique. Dans d’autres cas, la réactivité compense les désordres biomécaniques dûs à une mauvaise préparation.

Ainsi, la vie sportive de l’homme et celle du cheval procèdent dans leurs principes neurophysiologiques, d’un même raisonnement. Schéma corporel, proprioceptivité et tonus s’imbriquent étroitement pour réaliser le bon ou le mauvais geste sportif. L’exécution du mouvement ne procède pas seulement de la proposition : « je veux, j’obtiens ». Elle résulte du respect de l’environnement neurophysiologique et de tous les maillons qui s’articulent dans celui-ci… »

3 Responses to “A méditer.”

  1. francois giffon dit :

    merci de preciser ces parametres si importants qui font mon quotidien.quand je regarde les autres faire ,ils ont pourtant des resultats…mais bcp de chx ne tiennent pas,et ca, c’est triste,… pour moi.un des meilleurs articles ecrits dans ce blog,bravo!

  2. sylou dit :

    J’ai eu la chance de passer une après midi entière avec le grand
    pr. Denoix et ai vraiment apprécié sa façon de m’expliquer simplement des constats vétérinaires compliqués. Ce post, avec extraits de son dernier livre, me donne encore a réfléchir sur la patience que, nous cavaliers nous arrivons ou n’arrivons pas à avoir avec nos montures. A méditer …

  3. carole dit :

    C’est à lire, relire pour mieux s’en imprégner!! A lire également le très bon livre « les chevaux m’ont dit » de l’excellent DR GINIAUX, ostéopathe équin hélas décédé. C’est très bien écrit et cela apporte un autre éclairage sur nos pratiques équestres et leurs conséquences bonnes ou mauvaises.

Leave a Reply