Le cheval au galop et son système d’amortisseurs

Comme il m’arrive de temps en temps, suite à la lecture d’un article paru dans le magazine « la Recherche », j’ai confié au blog de Marie-Hélène ces quelques lignes sur le rôle des fléchisseurs du doigt.

De façon générale, les tendons sont comparables à des câbles, et le muscle à un moteur. Quand les fibres musculaires se contractent, elles raccourcissent et tirent, via les tendons, sur les os, ce qui provoque le mouvement. Il y a plus de vingt ans, R. McNeill Alexander, a montré que tendons et ligaments jouent le rôle de ressorts pendant le mouvement (R. McNeil Alexander et H.C. Bennet-Clark, Nature, 265, 114, 1977.). Chaque fois que la jambe de l’animal touche le sol, ses tendons s’étirent : ils stockent de l’énergie, et la restituent lors de la détente pour la propulsion. « Les animaux qui courent rebondissent en fait sur le sol tout au long de leur mouvement, et utilisent ainsi moins d’énergie qu’ils n’en auraient besoin si leurs tendons n’étaient pas élastiques (R. McNeil Alexander, Nature, 414, 855, 2001.). ». Pour un cheval de 500 kilogrammes, l’effort musculaire est divisé par deux lors du galop grâce à cette élasticité.

Les fléchisseurs du doigt relient, chez le cheval, le sabot au haut de la cuisse, et présentent une morphologie originale : alors qu’ils mesurent une quarantaine de centimètres de long, ils sont majoritairement composés de fibres d’à peine 6 millimètres de long, pour le fléchisseur superficiel, et une dizaine de mm. pour le fléchisseur profond. La contraction de ces fibres ne raccourcit pas le muscle de plus de quelques millimètres et ne sert pas à contrôler le mouvement du membre. A quoi peuvent donc servir des fibres musculaires trop courtes pour contrôler le moindre mouvement ?

Des vétérinaires britanniques avancent qu’ils ont un rôle autre que moteur. Selon eux, les fléchisseurs du doigt seraient des amortisseurs. Au galop, soit à un rythme d’environ 2,5 foulées par seconde, le membre vibre à des fréquences comprises entre 30 et 40 hertz dans le sens de la longueur. Ces vibrations pourraient causer des microfractures dans l’os ou des déchirures tendineuses si elles n’étaient pas amorties. Or, les fibres musculaires absorbent les vibrations bien mieux que les tendons. Les fléchisseurs superficiels et profonds du doigt amortissent ainsi les vibrations qui pourraient endommager os et tendons.

Christine

One Response to “Le cheval au galop et son système d’amortisseurs”

  1. Cat dit :

    C’est vraiment un article très intéressant. J’ignorais ce rôle particulier des fléchisseurs du doigt. Merci de nous l’avoir fait découvrir.
    Bonne soirée.

Leave a Reply