Difficultés dans les changements de pied : quelques conseils

Voici quelques problèmes que vous pouvez rencontrer lors de l’exécution d’un changement de pied, et voici également quelques conseils pour tenter d’en améliorer la correction, sachant qu’il est difficile de répertorier tous les problèmes et de catégoriser toutes les manifestations de difficultés des chevaux au travail.
Donc il peut toujours se faire qu’un conseil donné pour un cas précis puisse servir dans une autre situation.
Ceci étant posé, voici quelques exemples :

  • Cheval qui change en se jettant en avant, en s’allongeant en se mettant sur les épaules et souvent, en franchissant la main : c’est probablement, soit un cheval qui manque de force dans l’arrière main et/ou de souplesse dans les hanches et qui,donc, se donne de l’élan pour pouvoir changer, soit un cheval à qui le cavalier, par manque de vigilance, donne la possibilité de se soustraire à l’attitude adéquate pour exécuter son changement de pied correctement.

    Dans le premier cas, le cheval mettra sans doute un peu plus de temps à améliorer son travail que dans le second, puisque la force et la souplesse ne se développent que progressivement et grâce à des exercices appropriés. Mais quoi qu’il en soit, pour apporter une amélioration dans l’exercice, je pense qu’il est bénéfique de travailler des temps de galop assez rassemblés, sur un pied comme sur l’autre, et avec des transitions rapprochées, pas-galop à juste, pas-galop à faux, avant de demander le changement. Faire des temps courts et éviter de faire trop de tournant à faux afin de ne pas contraindre le cheval à l’excès (il est censé ne pas avoir beaucoup de force ou de souplesse dans les hanches). Toujours surveiller le moelleux du contact avec la bouche du cheval, et refuser catégoriquement l’appui sur le mors!

    Dans le second cas, c’est au cavalier d’être très attentif. Il ne doit pas baisser sa garde au moment du changement : attention, cela va très vite à se dégrader, il peut suffire d’une seconde d’inattention pour que le cheval s’étende, prenne un peu de vitesse et s’appuie sur la main. Et puis, ce n’est pas parce que l’on demande le changement, que ce que l’on faisait avant ne compte plus, ce n’est pas, le changement à la place de la recherche d’un galop rond et soutenu, c’est le changement, en plus du reste.

  • Cheval qui « croupionne » en changeant de pied : là encore il peut s’agir d’un manque de souplesse dans les hanches, mais qui ne se traduit pas comme dans l’exemple précédent. On peut imaginer qu’un cheval plus longiligne agira comme ci-dessus, alors qu’ici nous pouvons avoir à faire à un cheval plus bréviligne qui, ayant de la peine à basculer les hanches lors du changement, dégagera l’arrière main vers le haut. Mais là encore, rien d’absolu, il se trouve que je travaille des chevaux se situant morphologiquement plutôt entre les deux et qui ont cette tendance.

    Il m’ arrive de ne pas toujours corriger ce défaut de la même façon :
    Avec ceux qui se trouvent être les plus forts, je privilégie le contrôle de l’arrière main, en les asseyant un peu par une attitude plus rassemblée.
    Tandis qu’avec les autres, plus faibles, qui ont encore trop de mal à assumer cette difficulté supplémentaire, je fais ma demande dans un galop au contraire plus étendu, en allongeant un peu, pour augmenter l’activité des postérieurs. Demander un changement de pied avec une plus grande amplitude de foulée donne aussi plus de temps au cheval pour changer.

  • Cheval qui se « pique »dans son changement de pied : outre les causes vues précédemment, il peut s’agir plus particulièrement d’un problème lié à l’inflexion naturelle du cheval.
    Prenons l’exemple d’Arly, naturellement fléchi à gauche. Il peut, du fait du manque de mobilité latérale des hanches vers la droite, soit, dans le pire des cas, et nous le verrons après, changer en deux temps, soit, moins ennuyeux, avoir un passage si timide, sans liant ni amplitude du postérieur gauche au postérieur droit, et donc, se « piquer ».

    Dans ce cas de figure ci, je vais, en travail préparatoire, faire des exercices favorisant l’engagement du postérieur droit, mais aussi de l’incurvation à droite. Si par exemple, je suis à main droite, et que je veux changer de pied de gauche à droite, donc de faux à juste, je peux faire une tête au mur au pas, puis de cette attitude, partir au galop à juste. Si au contraire je suis à main gauche et que je veux changer de juste à faux, je vais faire une croupe au mur au pas, puis demander le départ à faux de cet exercice. Il peut être intéressant d’intercaler ces exercices avec des demandes de changement de pied de gauche à droite. Plus difficile, le travail au galop à droite sur un cercle à main gauche favorise de façon notoire l’étirement du côté gauche du cheval, qui améliorera par la suite l’incurvation à droite, et par voix de conséquence, le changement de pied de gauche à droite.

    Sur cette vidéo, nous voyons la cavalière qui demande un départ à juste après une tête au mur.

    Sur cette vidéo, nous voyons la cavalière demander un départ à faux après une croupe au mur.

    Le cheval qui change en deux temps ou avec seulement un très léger décalage peut être gymnastiqué de façon similaire.

    Sur cette vidéo on voit le postérieur droit en retard sur l’antérieur du même côté, lors du changement.
    Il aurait fallu avoir le cheval plus droit avant de changer, les hanches étant légèrement trop à gauche (on retrouve ici les effet de l’inflexion naturelle à gauche d’Arly, qui dans ce cas, le dessert), et comme c’est un cheval qui manque de force, il n’a pas compensé
    .

    En revanche, sur cette vidéo, comme il s’agit d’un changement de droite à gauche, Arly ayant une propension à envoyer les hanches à gauche, le postérieur ne prend pas de retard et le changement se fait vraiment en un temps.

    Cette petite liste de problèmes et de quelques conseils pour tenter d’y remédier, n’est pas exhaustive, et là encore votre expérience est la bienvenue pour enrichir ce blog.

  • One Response to “Difficultés dans les changements de pied : quelques conseils”

    1. Dreamoiseau dit :

      Ça fait du bien de voir quelqu’un en selle qui ne gigote pas pour changer de pied et ne gêne pas son cheval, ça devient rare de nos jours !

    Leave a Reply