Retour sur le travail à pied.

A la demande de Mika, voici de nouveaux quelques vidéos de travail à pied.
Pour visionner ce qui existe déjà sur le sujet, je vous rappelle qu’il vous suffit d’écrire votre mot clé dans la case au dessus de « search », et les posts concernant ce que vous recherchez vous seront indiqués.

Contre épaule en dedans.

Epaule en dedans : le cheval a tendance à trop rentrer les épaules vers l’intérieur et on constate qu’il peine un peu dans son déplacement latéral.

Tête au mur : le cheval doit encore améliorer son incurvation. Il fuit un peu vers son épaule intérieure.

12 Responses to “Retour sur le travail à pied.”

  1. gaton dit :

    alors là, chapeau tout ça sans stick
    nous sommes loin du travail du jeune cheval

  2. isa dit :

    Bonjour!
    je ne vois pas vraiment la différence entre la tête au mur et la contre épaule en dedans….explication??
    merci d’avance

  3. Bonjour Isa,
    Je vais tenter de répondre à votre demande.
    Lorsque, par exemple, vous êtes à main droite, et que vous faites une contre épaule en dedans, vous tournez votre cheval vers la gauche, donc vers le parre-bottes, et il est incurvé à gauche.
    Maintenant, si vous faites une tête au mur à la même main, vous le tournez également à gauche vers le parre-bottes, mais tout en l’incurvant cette fois, à droite.
    Si bien que dans la contre épaule en dedans, le cheval se déplace sans regarder où il va, tandis que dans la tête au mur, il regarde où il va. Dans le premier cas, on dit qu’il se déplace côté convexe, et dans le second, côté concave.
    J’espère que mes explications sont claires, dans le cas contraire, n’hésitez pas à me le dire afin que je développe un peu plus.
    A bientôt.

  4. isa dit :

    oui merci j’ai tout a fait compris donc en faite c’est juste l’incurvation qui est modifié?
    Merci beaucoup pour ces explications.

  5. isa dit :

    dernière petite question pour la tête au murs il faut chasser les hanches ou juste sortir les épaules?

  6. Non pas que je n’ai pas envie de vous répondre, mais vous trouverez tous les renseignements que vous cherchez en cliquant sur « Janvier 2009 » (page d’accueil barre à droite), et en faisant défiler les posts de ce mois, vous tomberez sur la tête au mur.
    Bonne lecture!

  7. Sandrine dit :

    Faut dire Marie Hélène, tu as écrit tellement de choses (que j’ai découvertes ou re-… il y a peu en re-parcourant ton blog qu’il faudrait qu’on se fasse une petite liste de ce que tu as dit ou non …. c’est qu’il devient plus que complet !!!!

  8. C’est vrai qu’il faudrait que je fasse une liste.
    Et c’est vrai aussi qu’il est difficile parfois de se renouveler, donc à vous aussi de me donner des idées…que je n’ai pas traitées.

  9. isa dit :

    Bon et bien pourquoi ne pas aborder le travail au trois allures aux longues rênes?

  10. will dit :

    Bonjour Marie-Hélène,
    Je voudrais vous remercier pour tout ce que vous nous apprenez sur le travail à pied en particulier.C’est un aspect du dressage que je connaissais mal et que je pratiquais peu avant de vous lire. Je m’y suis essayé depuis quelques semaines avec un jeune cruzado de 7 ans dont je m’occupe en ce moment et dont le dressage élémentaire comporte encore de sérieuses lacunes. Les résultats sont remarquables!
    Je profite de cette intervention pour joindre quelques notes à propos du magnifique gala du Cadre Noir aux Invalides de samedi dernier. La relation avec notre sujet tient à la présentation aux longues rênes d’un Alter Real qui restera mémorable.
    Le titre de cette manifestation de prestige était fort bien choisi ‘Cadre Noir et Képi Blanc’. Ce fut une très belle soirée dans un cadre grandiose. La présentation du Cadre était sobre et remarquablement exécutée. J’ai particulièrement apprécié la légèreté des chevaux, la souplesse et la régularité des allures, la discrétion des aides, en somme toutes les marques distinctives de notre Equitation Française. Parmi les points d’orgue il y a eu de très beaux passages et piaffers dans la reprise libre, une cabriole époustouflante de hauteur et de puissance dans la reprise des sauteurs et le brio des sauts de piquet par l’Ecuyer en Chef lui-même. Et puis un véritable instant de grâce avec la présentation à pied aux longues rênes d’un entier Alter Real par une écuyère, sur une superbe musique jouée par un violon seul (en képi blanc!) au centre du rectangle. L’entente entre le cheval et la jeune femme était un enchantement. Celle-ci marchait si près du cheval que ses pieds suivaient de quelques centimètres les postérieurs du Lusitanien. Ils ont effectué toute la gamme des airs de Haute Ecole, avec une aisance, une légèreté et une harmonie extraordinaires. Le summum a été atteint avec des changements au temps sur un galop tellement rond, lent et en même temps énergique qu’il semblait tout naturel qu’il s’accordât à la vitesse du pas de l’écuyère…

    Un grand moment de beauté et d’élégance.

  11. Merci Will, pour ce beau témoignage, je vais essayer de trouver des vidéos.

  12. Julissa dit :

    Julissa

    Retour sur le travail à pied. « Cours et Leçons d’Équitation.

Leave a Reply