LE CADRE NOIR AUX INVALIDES.

Voici une vidéo prise (non par mes soins) début Mai aux Invalides lors d’une des représentations de gala données par le Cadre Noir en compagnie de la Légion Etrangère.

Nous voyons une écuyère travailler un étalon Alter Real aux longues rênes. Il faut souligner qu’il est très rare de voir une femme travailler aux longues rênes à ce niveau!

Cette présentation très aboutie représente, à n’en pas douter, beaucoup d’heures de travail!

Le cheval est beau, calme, et très à l’écoute.

Permettez-moi de vous donner plus généralement mon avis sur le travail aux longues rênes, que j’ai un peu pratiqué, mais que je pratique de moins en moins.

En raison de l’éloignement des mains du dresseur par rapport à la bouche du cheval, et aussi de la démultiplication de la force des actions de main, il est extrêmement difficile, voire impossible, d’avoir la même légèreté que lors du travail monté.
Même le Maître en la matière, Philippe Karl, n’y parvient que très peu.
Je recommande d’ailleurs, pour ceux qui voudraient en savoir plus sur cette discipline, la lecture de son excellent livre : « L’emploi des longues rênes », qui fait office de référence.
Ce livre nous montre fréquemment le même exercice effectué par le même cheval, tantôt aux longues rênes, tantôt monté, et il est intéressant de constater que très souvent le cheval monté est léger, avec des rênes très légèrement détendues, tandis qu’aux longues rênes, il est dans un bon équilibre, mais avec un contact plus prononcé sur son mors et la commissure des lèvres étant presque toujours tirée vers l’arrière.

Je pense pour ma part, qu’il est plus facile d’obtenir cet légèreté, que je chéris tant et qui représente pour moi le preuve de l’aboutissement d’un bon travail, par le travail monté et par la travail à pied, que par le travail aux longues rênes. La raison étant essentiellement la proximité de la main avec la bouche du cheval.

légèreté rênes demi tendues blog mh lelièvre légèreté rênes demi tendues blog mh lelièvre

Et malheureusement, le travail de l’écuyère de talent de la vidéo n’échappe pas à cet règle.
De plus, si j’ai bien observer cette présentation, il me semble, mais je n’en suis pas certaine, que le cheval a une muserolle allemande fixée sous le mors.
Si c’est le cas, quel dommage, et de toute façon alors, adieu belle flexion de mâchoire et légèreté allant de paire!

Leave a Reply