Archive for juin, 2010

BIEN SELLER SON CHEVAL.

jeudi, juin 24th, 2010

Pardonnez-moi si ce post sort maintenant. En réalité il aurait dû paraître avant celui concernant l’échauffement avant le travail monté.

Contrairement à ce que vous avez peut-être appris, évitez de seller trop en avant, trop contre le garrot. En effet, si celui-ci est comprimé, ne serait-ce qu’un tant soit peu, les apophyses épineuses de cette région peuvent se toucher et induire  une douleur et des contractures des muscles reliant la colonne aux épaules. Cet enchaînement de réactions peu conduire, entre autres,  à un mouvement plus étriqué des antérieurs.

Il suffit de reculer la selle d’une dizaine de centimètres pour inverser le processus : permettre au cheval de monter son garrot, libérer ses épaules, et toute sa locomotion, d’ailleurs, et ne plus se tétaniser sous l’effet de la douleur.

 

L’effet a était très net les quelques fois ou j’ai monté Arly à cru : il se tenait vraiment mieux et gagnait en amplitude.

Certains chevaux, de par leur conformation, font reculer naturellement la selle, et il est fort dommage que leurs cavaliers s’empressent d’acheter un collier de chasse pour empêcher ce phénomène.

Pour les autres, le problème est un peu plus difficile à régler dans la mesure où les selles ne sont pas toujours faites pour que l’on puisse les sangler  un peu plus reculées. Souvent si l’on recule la selle, la sangle est trop en arrière et serre les côtes du cheval.

Je sais que les selliers travaillent à la question, et on commencent à voir des selles aux sanglons qui partent en oblique vers l’avant.

Mais beaucoup de cavaliers ne peuvent pas se permettre de changer de selle bien sûr. Pour ces derniers, j’ai entendu parler de « tapis de recul » qui, ajoutés à la selle, apportent plus du confort.  A voir…

Dernière chose :  n’oubliez pas de sangler très peu au début, puis progressivement un peu plus, en prenant soin de faire marcher le cheval entre chaque ressanglage.

LE MONTOIR.

vendredi, juin 18th, 2010

Voir également : post du 2007/12/02/cheval-qui-bouge-au-montoir

  Maintenant que votre cheval est bien échauffé, vous allez pouvoir le monter .

Et c’est justement du montoir dont je voudrais  parler dans ce post.

Beaucoup de chevaux bougent au montoir. La cause peut en être leur manque d’échauffement préalable, mais aussi le manque de délicatesse du cavalier. Les chevaux finissent alors par redouter ce moment et cherchent à l’éviter en s’éloignant du cavalier, ou en avançant.

Mais voici une situation que bon nombre de cavaliers ont complètement banalisée. D’aucuns  trouvent même un certain panache à monter « en marche » : cela met en avant leur agilité! D’autres encore, laissent leur monture  bouger, pensant qu’elle a mal au dos et qu’il ne sert donc à rien de lutter

 Combien d’entre eux s’interrogent vraiment sur les possibilités d’apporter un peu plus de confort au cheval à ce moment spécifique de la séance afin que le calme, la confiance et donc l’immobilité reviennent ?

Voici quelques idées pour faire de cet instant, une chose banale, anodine et sans importance…pour votre monture.

  • Evitez de vous agripper à une poignée de crins. Certains chevaux ont horreur qu’on leur tire la crinière. Cela se vérifie très bien lors du toilettage traditionnel par arrachage des crins. De plus, c’est une traction répétée sur les muscles du dessus de l’encolure, qui n’a aucune raison d’être.

   

  • Mettez plutôt votre main à plat sur le dessus de l’encolure et poussez plus sur votre jambe que de tirer sur vos bras.

  • Evitez de rentrer la pointe du pied dans le ventre du cheval. Mais tâchez de garder le pied parallèle au cheval.

  •  Et puis si vous n’arrivez pas à faire tout ceci, parce que vous êtes trop vieux, trop raide, que le cheval est trop grand, ou que vous êtes trop petit, de toute façon toutes les raisons sont bonnes, prenez donc le matériel de votre choix, plot, chaise, tabouret ou autre,  pourvu que ce soit solide, pour vous surélever,  et progressivement habituer le cheval à vous accepter dessus à ses côtés. Le cas échéant, faites vous aider d’une tierce personne. Mais vous verrez que très rapidement,  l’agrément du confort supplantant l’appréhension, le cheval aura  toutes les chances de ne plus bouger.

  • Habituez aussi le cheval à accepter que vous montiez à droite ou à gauche. Là encore, il s’agit de ne pas exercer la traction sur la selle toujours du même côté.

 Si l’inconfort subsiste, il peut aussi s’agir d’un problème dû à l’inadéquation de la selle au physiques du cheval.

 Dans le prochain article, nous verrons comment optimiser l’échauffement du cheval, dans le travail monté.

ECHAUFFER SON CHEVAL AVANT DE LE MONTER.

vendredi, juin 11th, 2010

Dans ce post, je vais revenir sur l’importance d’échauffer son cheval avant de le monter.

J’ai déjà évoqué le travail à la longe dans un précédent post, au tout début de l’existence de ce blog, aussi, si vous le désirez, vous pouvez vous y référer : La longe conseil n°2Thursday, August 2nd, 2007

L’idéal est de pouvoir longer ou détendre en liberté avant d’entamer le travail monté. Il est important de toujours commencer par une longue période de pas (5mn à chaque main) avant de passer à l’allure supérieure afin que l’organisme libère de la chaleur pour permettre aux muscles de ne pas « attaquer » directement à froid. De plus, il est préférable de ne pas entamer le travail directement par des petits cercles. Et c’est la raison pour laquelle, un rond de longe n’est pas toujours la solution idéale, car il ne donne pas la possibilité de marcher, ne serait-ce qu’un peu, large.

S’il y a le moindre risque que le cheval parte subitement en « explosant », alors il faut prendre la peine de le marcher en main une dizaine de minutes pour limiter les risques de blessures.

échauffer avant de monter mh lelièvre

Le fait que le cheval sorte du paddock ou du pré ne le dispense pas d’un échauffement supplémentaire avant d’être monté. En effet, même si l’on a gagné du temps, l’échauffement musculaire reste partiel.
Imaginez un instant qu’un sportif ne compte que sur le fait d’avoir vaqué à ses occupations quotidiennes pour considérer qu’il peut partir sur un 100 m. Non, bien sûr, vous ne pouvez pas l’imaginer.
En bien, il en va de même pour l’athlète cheval que l’on va solliciter durant toute une séance.

Le cheval a particulièrement besoin d’être échauffé car il doit se préparer à des contraintes importantes. D’une part, il doit porter son cavalier : première contrainte, et non des moindres, et d’autre part, il ne faut pas oublier qu’il ne s’organise dans son « geste sportif », que très rarement de façon optimale pour lui, comme pourrait le rechercher un humain pour lui-même. Il est soumis à la volonté de son cavalier, qui n’agit pas toujours à bon escient et en souhaitant avoir une réponse rapide.
Dans bien des cas, l’entraînement des chevaux va à l’encontre de leur intégrité physique, alors au moins, qu’ils soient bien échauffés!

Outre le bénéfice d’un échauffement physique, le fait de détendre sa monture avant de la monter, a bien d’autres avantages.
Cela permet :

  • De donner la possibilité à l’élève d’exprimer sa gaieté.
  • De le faire entrer progressivement dans le canal des ordres.
  • De capter l’attention si distraction il y a.
  • De donner au cavalier la possibilité de voir si son cheval a un problème physique (boîterie ou autre), une baisse de forme morale (oeil triste, tête basse, manque d’entrain).
  • De faire exécuter au cheval des exercices pouvant le préparer à ceux qu’il rencontrera une fois monté (réponse à la voix, transitions).
    La liste n’est bien sûr pas exhaustive!

    Sur ces deux vidéos, je vous ai épargné les 10mn de travail au pas!

    Un dernier avantage encore, à détendre son compagnon équin avant de le travailler monté : il y a moins de risques qu’il bouge au montoir.

    Nous verrons ce point dans le post suivant.

    A suivre, donc…

  • MANIFESTATION D’AFFECTION CHEZ LE CHEVAL.

    mardi, juin 8th, 2010

    J’observe souvent autour de moi des cavaliers qui laissent leur cheval se frotter la tête contre eux.

    Lorsqu’on les interroge sur leur manque de réaction, ils répondent à chaque fois que comme il s’agit là d’une manifestation d’affection, ils n’ont aucune raison d’empêcher leur compagnon de le faire.

    Et moi je leur rétorque qu’à ce moment précis, leur cheval ne leur montre pas plus d’affection qu’il n’en montrerait au montant de la porte du boxe, s’il l’avait à disposition pour se gratter!

    Voici la grande Majolie (1m84!!), en train de demander un petit « câlin ». La demande est discrète au début, mais patientez bien jusqu’à la fin de la vidéo.

    LES ECURIES DE CHAUMONT SUR LOIRE.

    dimanche, juin 6th, 2010

    Encore un peu d’histoire, avant de reprendre des sujets plus techniques.

    Chaumont sur Loire est une destination de promenade des plus agréables, qui allie enrichissement culturel, avec la visite du château et de ses écuries, et le plaisir des sens, avec le festival des jardins.

    Ecuries de chaumont sur loire blog mh lelièvre

    Ecuries de chaumont sur loire blog mh lelièvre Ecuries de chaumont sur loire blog mh lelièvre

    Vous l’aurez deviné, c’est des écuries que parlera aujourd’hui ce blog.

    Mais avant tout, replaçons le château dans son contexte historique.

    Dès le Xème siècle à cet emplacement, existait déjà un édifice. C’est Eudes I, comte de Blois qui fit construire une forteresse pour protéger la ville de Blois des attaques des comtes d’Anjou. Ensuite, le chevalier normand Gelduin reçut Chaumont et le fit consolider. C’est grâce à sa petite-nièce, Denise de Fougères ou de Pontlevoy, ayant épousé Sulpice Ier d’Amboise, que le château passa dans la famille d’Amboise pour cinq siècles.

    Louis XI fit brûler et raser Chaumont en 1455 pour punir Pierre d’Amboise de s’être révolté contre le pouvoir royal lors de la « Ligue du Bien Public ». Puis, son fils Charles Ier d’Amboise entreprit la reconstruction du château de 1465 à 1475 en édifiant l’aile Nord (face à la Loire) aujourd’hui disparue.

    De 1498 à 1510, Charles II de Chaumont d’Amboise, aidé de son oncle le cardinal Georges d’Amboise, poursuivit la reconstruction dans un style déjà marqué par la Renaissance tout en conservant la même allure générale fortifiée. À la fin de 1559, Catherine de Médicis, qui possédait le château depuis 1550, l’échangea à sa rivale Diane de Poitiers, maîtresse du roi Henri II, contre celui de Chenonceau.

    Pendant près de trois siècles, le château changea régulièrement de propriétaires, passant des mains de grands du royaume, à de simples roturiers, néanmoins certainement très fortunés.

    C’est en 1875, que Marie Say acquit le château. Elle épousa peu après Amédée de Broglie (fils d’Albert de Broglie). Ils firent aménager de luxueuses écuries et un parc paysagé à l’anglaise.

    L’édification en 1877 de ces écuries somptueuses fut confiée à l’architecte Paul-Ernest Sanson, également chargé par le prince Henri Amédée de Broglie et son épouse Marie, de la restauration complète du château. L’architecte fit le choix d’un ensemble en brique et pierre.

    Ecuries de chaumont sur loire blog mh lelièvre Ecuries de chaumont sur loire blog mh lelièvre

    Les écuries de Chaumont sont représentatives de ce que l’aristocratie fortunée fit construire à la fin du XIXe siècle pour abriter ses chevaux.

    Ecuries de chaumont sur loire blog mh lelièvre Ecuries de chaumont sur loire blog mh lelièvre

    Ecuries de chaumont sur loire blog mh lelièvre

    Le manège, qui sert en ce moment de volière, pour les besoins d’une oeuvre comtemporaine.

    Elles furent considérées à l’époque comme les plus luxueuses d’Europe, bénéficiant alors d’un éclairage électrique à arc, en même temps que l’Opéra Garnier et l’hôtel de ville de Paris, et d’une cuisine somptueuse, très moderne pour l’époque, où se préparait l’alimentation des chevaux et plus particulièrement les mashs et les barbotages.

    Ecuries de chaumont sur loire blog mh lelièvre Ecuries de chaumont sur loire blog mh lelièvre

    Ecuries de chaumont sur loire blog mh lelièvre Ecuries de chaumont sur loire blog mh lelièvre

    Pendant quarante ans, le château connaîtra une époque fastueuse durant laquelle les Broglie donneront des fêtes et réceptions éblouissantes, en menant une vie digne d’une maison royale. Des revers de fortune obligeront la princesse de Broglie à vendre Chaumont en 1938 à l’État qui l’affectera au service des Monuments historiques.

    Ecuries de chaumont sur loire blog mh lelièvre

    Voici, pour terminer, quelques amusantes caricatures équestres présentées dans l’une des pièces du château.

    Ecuries de chaumont sur loire blog mh lelièvre

    Ecuries de chaumont sur loire blog mh lelièvreEcuries de chaumont sur loire blog mh lelièvreEcuries de chaumont sur loire blog mh lelièvre

    Ecuries de chaumont sur loire blog mh lelièvre