PLACER SON CHEVAL A LA LONGE.

Au risque de décevoir beaucoup de lecteurs, j’écris ce post sans avoir de conseils particulièrement efficaces à proposer pour qu’ un cheval travaille rapidement dans la bonne attitude à la longe.

Beaucoup de bons dresseurs, comme Michel Henriquet ou Bernard Chiris, pour ne citer qu’eux, mettent des enrênements pour travailler leurs chevaux en longe. Moi, je ne le fais pas, et donc, les résultats que j’obtiens sont plus longs, et donc moins spectaculaires.

 

Je pars du principe que le temps de la longe est le temps de l’échauffement et de la possibilité, pour le cheval, d’évacuer un potentiel trop plein d’énergie. Par conséquent, je ne désire pas le contraindre par des moyens pouvant être éprouvants pour sa musculature et risquant d’inhiber ses réactions de gaitée.

Je pourrais, bien sûr, ce temps écoulé, mettre un enrênement et commencer à travailler sérieusement. Mais alors, je pense que le temps passé à tourner à la longe serait trop long, et non recommandé pour un grand nombre de chevaux. L’idéal, à la longe, est d’avoir la possibilité de marcher large fréquemment. Mais ceci n’est possible qu’à la condition d’avoir accés à la carrière ou au manège, ce qui n’est pas toujours le cas. En effet, souvent seul le rond de longe accepte les longeurs!

Pour revenir à l’enrênement, je pense qu’il peut être utile en cas de rééducation suite à un problème particulier et sur les conseils d’un très bon vétérinaire!

Pour autant, ce n’est pas parce que l’on enrêne pas que l’on ne doit pas s’appliquer à suivre certaines règles importantes :

  • Avoir un matériel adapté.
  • Travailler dans la cadence qui convient au cheval, et non en le « bousculant » en permanence. C’est aussi parce qu’un cheval travail dans le calme, qu’il finit par se décontracter, et lâcher son encolure vers le bas.
  • Etre à la bonne place par rapport à son cheval.
  • Trouver le bon compromis entre « pousser, prendre et rendre », ce qui amène progressivement le cheval à s’incurver. Et dès lors qu’il s’incurve, il commence à élastifier son dos et à baisser l’encolure, dans un placer « bas et long ».

Je vous joins plusieurs liens concernant d’autres post sur le travail à la longe auxquels vous accèderez  « en cliquant ici » (attention, à partir de ce lien vous pouvez accéder à deux post!). La formule magique pour accéder aux liens étant « en cliquant ici », je vous invite à cliquer sur tous les « en cliquant ici » rouges ou bleus, afin d’accéder à plusieurs post différents, publiés précédemment.

2 Responses to “PLACER SON CHEVAL A LA LONGE.”

  1. Thierry dit :

    Je ne sais pas si c’est particulièrement efficace, mais je suis d’accord avec vous sur le fait que le temps de longe doit permettre au cheval de se vider de son trop plein d’energie.

  2. DIAREX dit :

    J’ai appris à mon poney à se placer et à travailler dans de différentes attitudes (nez par terre, nez rond et bas etc), sans utiliser d’enrênement et uniquement en licol.
    Comment ai-je procédé ?
    Je lui ai d’abord appris à céder à la pression en licol, à c’est à dire là où il y a l’anneau d’attache pour la longe. Une foi le cheval arrêté, j’effectuais une pression, une foi qu’il a cédé, je relâchais de suite, au début mes pressions étaient « fortes » et au fur et à mesure elles sont devenues très légères et je pouvais le faire céder avec la longe. Et donc lorsqu’il cédait, il baissait donc la tête, et parfois je lui demandais de baisser la tête jusqu’à ce qu’il est le nez par terre. Et toujours lâcher dès qu’il cède en le récompensant à la voix en employant un « oui » très doux. une foi qu’il a parfaitement acquis ça, je l’ai donc mis sur un cercle et comme il cédait à la moindre pression, je pouvais le longer et lui demander de céder… Et tout naturellement il l’a fait…
    Grâce à ceci, mon poney montait très bien le dos, avec un très fort engagement, de l’impulsion, il a vite gagné en muscle mais aussi en équilibre et mentalement ça lui a fait beaucoup de bien.
    Il a trouvé un grand confort, il se mettait par lui même dans de très bonnes postures et suivant mon envie, je le remontais ou je lui demandais de descendre.
    Par contre en longe, je travaille uniquement le pas et le trot.

Leave a Reply