LE SAVIEZ VOUS?

Les coordinations motrices liées aux  apprentissages moteurs, et qui sont bien installées par le travail, ont cette caractéristique d’acquérir les mêmes valeurs que les coordinations motrices innées comme par exemple galoper ou tourner.

Elles ne peuvent donc être oubliées!

Jean-Claude Barrey écrit dans « Éthologie et écologie équines » : « Comme celles qui sont héréditaires, les coordinations acquises acquièrent leur propre comportement d’appétence, leur propre besoin de fonctionner, qui procure au cheval une « jouissance fonctionnelle » d’autant plus forte que le mouvement n’a pas été utilisé depuis longtemps, et qu’il est difficile et bien rôdé… »

One Response to “LE SAVIEZ VOUS?”

  1. sylou dit :

    C pas hyper clair pour moi, là tout de suite comme disent les ados 😉
    Les auteurs éthologues se souciant peu d’être compris par le plus grand nombre et encore moins par les jeunes de maintenant ! dommage messieurs, mesdames vous n’avez pas besoin de vendre beaucoup d’ouvrages pour vivre alors :p … je plaisante mais étant blonde et néanmoins cavalière, mais si, mais si c possible ! je me pose la question suivante :

    faut-il comprendre que :
    Il peut y avoir chez le cheval dressé (dans quelque discipline que ce soit) le même besoin de locomotion pour une allure innée qu’une allure acquise ?

    C’est à dire qu’il peut avoir autant envie de faire l’un ou l’autre pour répondre à son besoin de bouger ? et que l’envie est d’autant plus importante quand le mouvement n’a pas été fait depuis longtemps mais qu’il est bien pourtant bien connu du cheval ? Là déjà ça se complique !

    Une contradiction me vient donc immédiatement à l’esprit 🙂 Si j’étais logique ça se saurait :p

    Donc si on veut profiter de l’appétence naturelle, en plus de nos petites aides de cavalier, pour bien réaliser un exercice délicat (on va dire le piaffer tient par exemple parce que le gars il dit « difficile et bien rôdé »), il faut le réaliser rarement, de manière à ce que quand on le réalise, le cheval en est tellement envie qu’il le fasse particulièrement bien. Bah oui mais pour qu’il soit bien rôdé l’exo il a donc fallu le répéter souvent avant…

    Donc il veut dire par là : « apprenez bien un exo à votre cheval, puis une fois bien su, ne le redemander plus. Le cheval ne l’oubliera pas pour autant. Bien plus tard vous allez le redemander une seule fois, il et il vous le donnera de façon extraordinaire parce qu’il en aura une folle envie ».

    Mais à plus jamais le redemander, l’exo, on ne risque pas de déshabituer les muscles ou les tendons à être assez souple pour le réaliser ?

    Et de faire le lien avec un passage du fameux « à l’école des centaures de Pradier » Sinon j’aurais fait un « reply » court et clair (pas le genre de la maison non plus 😉
    Il raconte ; et m’est avis qu’il veut faire passer ici un message ; et qu’il n’est pas juste en train de nous raconter une histoire, que :
    Pour donner envie au cheval de faire un allongement de trot il faut le plier et non s’échiner à demander des allongements sur la longueur. Pourquoi ? En gros, « Plier le ressort, plusieurs fois et vous lui donnerez envie de lui-même de se déplier au cheval, et votre allongement sera d’autant plus spectaculaire ».
    Bref, bon courage à l’auteur de ce post pour répondre à mes interrogations 🙂 et les autres n’hésitez pas à dire si vous aussi vous vous en posez des drôles de questions !

Leave a Reply