DITES CE QUE VOUS PENSEZ!

Si ce petit post fait suite à ceux sur l’encapuchonnement, ce n’est pas un hasard.

Ne vous arrive-t-il pas assez souvent, vous qui tentez de ne pas trop maltraiter les cervicales de votre cheval, d’assister à des séances de mises en main musclées, lors desquelles le pauvre cheval ne PEUT pas céder, alors que son cavalier lui, ne le VEUT pas?

Alors dans ce cas, faites vôtre l’injonction de Stéphane Hessel : INDIGNEZ VOUS!

Il ne s’agit pas non plus de rentrer de plein fouet dans les gens, ni d’être désagréable. Mais il faut réagir et tenter de faire passer un message.

C’est ce qu’a fait un de mes élèves récemment, de sa propre initiative, alors que nous allions commencer un cours.

Il y avait en même temps que nous dans le manège, une assez grande jeune fille sur un poney D, pas très grand, lui. Le pauvre malheureux était ficelé comme un rôti : rênes allemandes, noseband, et rênes d’environ 40cm de long. Pour couronner le tout, il se faisait vertement réprimander dès qu’il manifestait la moindre velléité de faire un mouvement de travers.

Ni une ni deux, mon élève va très courtoisement trouver cette cavalière pour lui demander pourquoi elle monte son poney de la sorte, et si elle connait les risques qu’elle lui fait encourir à le travailler de cette façon. Et la jeune fille de se défendre en disant qu’elle le savait bien, mais que sa COACH par ci, et que sa COACH par là…

L’enseignant doit montrer le bon exemple!

Je ne sais pas si cette intervention de mon élève aura servi à grand chose, mais si d’autres prennent le relais, peut-être le doute s’infiltrera-t-il en cette jeune personne, pour en faire un jour une cavalière mature et respectueuse de son compagnon équin!

 

 

 

10 Responses to “DITES CE QUE VOUS PENSEZ!”

  1. gaton dit :

    ah vaste sujet

    il m’est arrivé parfois lorsque j’enseignais de voir des choses que je réprouvais totalement
    et la diplomatie ce n’est pas tjs simple
    m^me ma qualité d’enseignante ne suffisait pas tjs a ces jeunes cavalier(es) pour essayer de faire autrement

    j’ai le souvenir en particulier d’une reprise que je donnais et a côté de jeunes ados de 15-16 ans qui faisait sauter leur poney (excellent poney mais travaillé totalement a l’envers)
    je ne peux m^me pas dire combien d’obstacles il a pu sauter ce jour là tant elles insistait
    évidemment plus il sautait et plus il faisait de barres de fatigue et plus elles insistait en le punissant à la cravache

    j’ai finie par intervenir (il est très difficile pour un enseignant salarié de réprimander des cavaliers propriétaires m^me ados! sans se faire réprimander soi m^me à la suite) en leur suggérant simplement que le poney était fatigué et qu’il sauterait mieux a une autre séance

    vous pouvez imaginer le regard méprisant auquel j’ai eu droit (de quel droit pouvais je intervenir surtout sachant que j’étais une cavalière de dressage!!!)

    bravo a ton élève d’être intervenu

    en attendant ma jument cède surtout a ses envies de se rouler dans la neige lol

  2. sylou dit :

    « dire ce qu’on pense »… le monde équestre est bien habitué de la chose… la critique est si facile quand on est accoudé à la balustrade ou dans une position de force…

    De ma toute petite lucarne je nuancerais un peu cet éclat… car on s’est tous et toutes un jour retrouvé de l’autre côté non ? Les jours sans, ou rien ne va à cheval qui ne les a jamais connu ????? L’apprentissage équestre est long et difficile et avant d’avoir aquis une certaine philosophie ou maitrise de nous même nous avons tous commis des erreurs. Il y a des enseignants pour le reconnaitre et même avouer qu’ il faut commettre certains impairs pour comprendre ou est le juste chemin.
    Se révolter c’est bien, prendre le temps d’expliquer quand on en a le niveau et la pédagogie c’est mieux…

  3. « Il ne s’agit pas non plus de rentrer de plein fouet dans les gens, ni d’être désagréable. Mais il faut réagir et tenter de faire passer un message. »
    Cette phrase est écrite dans le post « dites ce que vous pensez », et indique de façon tout à fait explicite la manière dont on peut intervenir. De plus, j’ai également souligné que l’intervention de mon élève s’été faite dans la courtoisie.
    Autre chose encore : l’équitation est un domaine dans lequel la maltraitance s’est insinuée de façon tellement sournoise, et depuis tellement de temps, qu’elle passe inaperçue pour beaucoup de pratiquant. Le cheval est un animal domestique au statut particulier. Animal de compagnie pour les uns, « instrument » sportif pour les autres! Ce n’est pas normal!!
    Pour terminer : je fais très bien la différence entre les errances et maladresses d’un cavalier en cours d’apprentissage, mais qui aime son cheval et regrette d’être parfois dur ou brutal avec lui, et un cavalier uniquement motivé par l’envie de se mettre en valeur à n’importe quel prix. Je côtoie en permanence des gens qui font beaucoup d’erreurs avec leur compagnon, mais qui ont en même temps une profonde et sincère affection pour lui.
    Je travaillais hier encore en même temps que la jeune fille avec son poney, et j’ai guetté toute la séance la moindre marque d’affection à son égard…Mais en vain. Ce n’est pas normal!!

  4. sylou dit :

    Effectivement ce n’est pas normal et c’est même lamentable…

    Et il est probable que le poney rendra à la cavalière tout le bien qu’elle lui fait…
    Je veux dire par là, que souvent nos équidés sont nos plus sévères professeurs… Ils nous renvoient ce que nous sommes…

    Peut – être finira t’elle donc, par se rendre compte elle même que sa façon de vouloir imposer sa volonté à tous prix ne la mène nul part, qu’elle finira par trouver dommage que son poney ai peur d’elle, ou qu’il se bloque carrément…

    Malheureusement, il est parfois bien compliqué de faire passer le message du comportement « noble » que devrait avoir chaque cavalier, l’humilité et la remise en question étant une qualité assez peu partagée…

    Pour finir, j’ai constaté que, souvent, quand on critique ouvertement un cavalier, il se renferme encore plus, persuadé de son bon droit et de ses connaissances.

    Le conseil et le dialogue, sur les autres méthodes possibles, restent donc pour moi, bien plus percutants et plus sur d’influer sur les comportements futurs que la simple condamnation, surtout en public.

    Celà suppose cependant d’avoir envie de prendre le temps d’expliquer, de donner de soi… Ce qui est bien plus fastidieux, et bien mois rapide, j’en convient que de ne faire que donner un avis réprobateur…

  5. sylou dit :

    …et concernant la maltraitance il est vrai qu’elle peut prendre toutes sortes de forme… pour moi l’enfermement, sous n’importe quel prétexte du reste (souvent plus justifié les uns que les autres) en est une grave. Sinon pourquoi punirait-on par la prison ? Quand j’en fait état directement auprès des intéressés ils me rient au nez ou s’emportent, prétextant que c’est pour la santé de l’animal et que la folle c’est moi. Alors maintenant au lieu de m’indigner, je me contente, via des réseaux sociaux par exemple, de diffuser largement des photos et films de chevaux de sports qui sont dehors toute la journée et ce par tous les temps, même les plus rudes… ou qui galoppent et travaillent même dans la neige sans forcément avoir une ferrure adaptée… c’est moins direct mais je me dis que peut être l’idée fera son chemin et qu’un jour les cavaliers comprendront… Parfois il faut plusieurs années pour comprendre qu’un box de 3mx3m est une prison et que celà rend les chevaux handicapés et méchants à la longue, mais il n’est jamais trop tard pour changer d’avis… Il ya donc différents moyens de protester et de rendre les propriétaires de chevaux moins bêtes, moins butés et plus respectueux de leur compagnon. A chacun de trouver le sien 🙂

  6. Marie-Pierre dit :

    Ah c’est un sujet qui me tiens à coeur ça….Jusqu’ici je n’osais rien dire, moi pauvre petite cavalière de loisir, arrivant en plus sur les terrains de concours sans coach.
    Je suis loin des problèmes de mises en main, mais j’en ai vu des chevaux à l’envers sur les carrières de détente…
    Je sors en TREC, trois années de championnat de France en club trec élite, et j’en sors écoeurée. « Rentre-lui dedans, le laisse pas faire, il se fout de ta gueule… »
    Heuh, pas facile de dire quelque chose à celui qui organise un stage trec…
    Le dernier stage, j’ai failli me prendre la tête avec l’enseignant sur un reculer en selle dans une bordure maraichère. « Bloque tes mains, des jambes ». « Heuh non, moi je ne fais pas comme ça ». (Et si ma méthode marche, si j’ai appris autrement à ma jument, pourquoi devrais-je me faire réprimander ?)
    Franchement, vis à vis de beaucoup d’enseignant, je me suis heurtée à une paire d’oeillères….Impossible de discuter de légéreté. Des jambes, des jambes, des jambes (pour avancer, pour s’arrêter, pour reculer…)
    Et vis à vis des cavaliers….ils font hélas ce que leur enseignant leur apprend. Et parfois, tout seuls à la détente ou perdus sur le por (le parcours d’orientation en pleine nature), ils font un peu n’importe quoi.
    Et personne ne dis rien (même les autres moniteurs présents, ce ne sont pas leurs cavaliers…)
    Alors tant pis, maintenant j’ouvrirais ma gueule …avec courtoisie.

    J’ai vu et entendu tellement de choses qui m’ont revoltées que personnellement j’en ai jeté mon mors, au sens propre.
    Maintenant avec ma jeune jument, si je ressorts en concours, ce sera en licol ou en side. (et c’est une sacrée expérience ça, d’abandonner nos outils classiques)
    Et dingue….j’ai trouvé une enseignante qui n’est pas choquée de me donner des cours de dressage sans mors….

  7. Cavalequit dit :

    J’ai essayé de parler et de diffuser de l’information à des cavalières qui enrênaient à gogo, avec museroles serrées et jeune cheval encapuchonné etc… J’ai même prêté mes DVD de Karl, des livres, et tout m’a été rendu sans être même ouvert … quand j’ai fini par taper un peu plus fort en commentant vertement une vidéo de travail où le jeune cheval était en pleine séance de torture (grand coup dans la bouche chaque fois qu’il se désencapuchonnait et ce dans l’apprentissage des départs au galop). Ca m’a valu une levée de boucliers générale et ma tête était limite mise à prix ^^
    Pas que ça me dérange, je me fiche de ça, mais par contre l’absence de réaction et de remise en question des gens, ça, ça me navre…

    Je suis d’accord il faut essayer… mais c’est rare qu’on réussisse.

  8. sylou dit :

    Je suis bien d’accord avec cavalequit… c’est fort malheureux du reste… la lecture ? Mais ça ne va pas ma pauvre dame … c’est dépassé et ça sert à quoi ? Ce que pensait les anciens ? rien à voir avec nous… on sait monter on vous emm….. Philippe qui ? mais euh il n’est partit de l’ENE ? euh oui mais… De toutes façons ce que mon coach dit me suffit …. etc… etc… lire c’est fâtigant en plus…
    Faire passer un message dés lors revient de l’impossible non ? à quoi bon ?… Je me sens de la race des dinosaures d’un coup… Un seul avantage : ça permet de rencontrer, au détour d’une phrase échangée comme un code « demander souvent, se contenter de peu, récompenser beaucoup » en est un, des gens qui partagent vos valeurs… Revers de la médaille, ce sont les chevaux qui sont perdants, car il est vrai que la recherche de la légèreté n’est pas la préoccupation de la majorité des équitants actuels… VDM ou pas…

  9. Cavalequit dit :

    Ma solution à moi c’est que depuis j’ai monté mon entreprise et je me déplace à domicile chez les gens en tant que consultante pour proprios.
    Ah là de toute façon ya pas le choix, si on veut mon aide on poser les ficelles, les muserolles, on revient aux basiques et bizarrement ça marche beaucoup mieux qu’avec tout l’attirail si bien-aimé ^^
    Au moins je diffuse l’information et je sais que les personnes en face sont réceptives, sinon elles n’auraient pas fait appel à moi.
    Seul HIC : c’est souvent après avoir essuyé beaucoup d’échecs avec leur cheval, donc il faut expliquer au loulou que c’est bon c’est fini les bêtises, on va le laisser s’exprimer dorénavant.

  10. sylou dit :

    plutôt que de se heurter à des murs…. 🙂
    c comme un instructeur proche de Chantilly que j’ai eu la chance de rencontrer et qui demandait de s’infuser tout Beudant avant tout rendez-vous. Très bon moyen à mon sens de prévenir le demandeur de la vision des choses de la maison 🙂 et de sélectionner les gens vraiment intéressés ou pas 🙂

Leave a Reply