DE L’IMPORTANCE DE DÉCONTRACTER LES ORTEILS !

Le titre de ce post pourrait prêter à sourire, mais en réalité, il sert à mettre en évidence l’importance du plus petit élément du corps du cavalier. Car, que celui-ci vienne à dysfonctionner, et c’est la posture toute entière  qui dysfonctionne.

Oh, bien sûr! Pas toujours de façon notoire, mais suffisamment pour que l’impression d’harmonie qui émane du couple cheval-cavalier soit altérée.

Si cette harmonie semble quelque peu altérée, c’est peut-être que le cheval n’est pas très à l’aise, que le « bouquet de sensations », pour reprendre une expression de J.C. Barrey, qu’il ressent, perd en cohérence et ne permet pas un résultat optimal dans la réalisation du mouvement qui lui est demandé.

Lorsque l’on admire un cavalier parce qu’il est bien placé et qu’il agit avec justesse, c’est la position dans sa globalité que l’on admire, et par voie de conséquence, ce qu’elle produit.

Or, cette position globale est en réalité le résultat d’une maîtrise totale de chaque partie du corps. C’est un peu comparable à un beau puzzle : aucune pièce ne manque, chacune est à sa place, et toutes sont orientées dans le sens qui doit être le leur.

La posture est le résultat des actions combinées du système nerveux, des muscles, des articulations et du squelette. Elle est aussi le reflet des émotions et de l’état mental du cavalier.

Sans cesse la posture, du fait de sa constante interaction avec le cheval, doit se modifier afin de se réajuster au mieux en toutes circonstances. Le cavalier reçoit des stimuli qui sont traités par le système nerveux central. Des commandes de réorganisation posturale sont ainsi envoyées au corps qui s’adapte pour se ré-harmoniser en permanence avec le cheval.

Pour que le cavalier ait une sensation agréable de son corps comme globalité, il ne doit pas perdre de vue qu’il y a en amont, un long  travail portant sur la maîtrise de l’accord entre association et dissociation subtiles des différentes parties du corps. Ceci étant le résultat de la possibilité de maintenir décontractées les parties du corps non impliquées lors d’une action. Les informations parasites sont alors évitées, et le cavalier garde toute sa cohérence vis-à-vis de sa monture.

Ainsi, pour en revenir au titre de ce post, et pour conclure, vous comprendrez que lorsque je fais travailler un élève, je ne néglige nullement de lui parler de la décontraction des ses orteils. Ceux-ci peuvent être, ou la cause, ou la conséquence d’un problème. Dans le premier cas, des doigts de pied en appui forcé contre la semelle, peuvent tout simplement s’opposer à la descente de la jambe. Ils contribuent à verrouiller la cheville, et empêchent ainsi le talon de descendre librement, et la jambe de trouver toute sa place. Dans le second cas, ils peuvent être un des signes visibles d’une jambe contractée et non descendue, conséquemment au mauvais équilibre du buste, ou à un bassin verrouillé.

Quoi qu’il en soit, ce n’est pas anodin, et il est très intéressant de faire travailler le cavalier sur la conscience qu’il a de la place et de l’état de ses orteils. J’ai pris les orteils comme exemple, mais il en va de même pour toutes les autres parties du corps.

Je pense qu’il y a un travail fort enrichissant à faire sur la relaxation mise au service de l’équitation. J’ai déjà abordé ce thème voilà plusieurs mois sur un post. Si vous êtes intéressés, vous pouvez aller le lire en cliquant sur le lien suivant : « En cliquant ici » .

 

 

 

 

 

5 Responses to “DE L’IMPORTANCE DE DÉCONTRACTER LES ORTEILS !”

  1. sylou dit :

    juste passionnant 🙂 décidemment on ne passe jamais assez d’heure à cheval pour prendre conscience de tout ça… le chemin est encore plus long que je ne le pensais… je vous laisse je vais monter et voir où en sont mes orteils 🙂 sans doute peut être pas tout à fait à leur place en toutes circonstances, tant pis j’ai encore, j’espère, des années pour tenter de m’améliorer….

  2. Manon dit :

    Bonjour, je ne comprends pas très bien ou vous voulez en venir ? Comment concrètement savoir si nos orteils sont a leur place ? ^^ est ce qu’une question de décontraction ?

    A cheval j’ais souvent oui l’impression de ne pas être assez décontractée et donc mes talons remontent, c’est peut être par peur de la chute, je sais pas trop en faite …

  3. sylou dit :

    Manon je vous rassure, ça peut mettre des années… je parle en connaissance de cause. La décontraction est naturelle chez certain et alors ils sont très très chanceux. Pour d’autres, et j’en suis, il faut déjà commencer par se libérer, consciemment ou non d’ailleurs, de ce qu’on croit que les autres pensent de nous… Et quand on monte en club c’est loin d’être évident…
    Sortez dehors en promenade au pas seule et osez déchausser vos étriers et laisser tomber vos jambes, même si ça n’est que quelques minutes au début, vous verrez ça viendra. Il faut accepter de passer du temps au pas, sans penser que c’est une perte de temps.
    La position qu’on a sur le dos du cheval n’est pas si naturelle qu’on le croit, et ce n’est sûrement pas le fait de se forcer (ou de se faire brailler dessus) des heures à baisser ses talons avec les chevilles cassés à mort qui vous aidera.
    Comme vous l’avez déjà dans doute lu à plusieurs reprises sur ce blog, tout vient, du temps que chaque cavalier va mettre à accepter de lâcher prise… c’est très abstrait au début cette notion je vous le concède 🙂 et ça ne deviendra un peu plus clair pour vous que le jour où vous aurez vous-même commencé à sentir un peu …
    Première chose déjà : êtes- vous capable de les bouger ses orteils quand vous êtes en selle ou êtes- vous tellement concentré à baisser vos talons que vos orteils sont contractés pendant une heure ?
    enfin, je laisse à marie le soin de vous répondre elle vous expliquera sans doute tout ça mieux que moi 🙂

  4. Manon dit :

    Merci beaucoup pour votre réponse !

    Et pour vous répondre, je crois que non, je suis tellement contractée à cheval ^^

  5. sylou dit :

    pour manon, qui seule semble s’intéresser au sujet, un ti lien vers un autre blog qui a écrit un sujet sur l’assiette : http://www.canalblog.com/cf/fe/tb/?bid=946969&pid=23856434

    c’est plein d’humour et ça explique des trucs sur le centre de gravité du cheval, celui du cavalier….

Leave a Reply