RÉSISTANCES.

Dans l’art de l’équitation, lorsque que l’on parle des résistances, les termes employés sont souvent proches de ceux employés dans l’art de la guerre. On combat, on rompt, ou bien encore, il est question de s’opposer, ou de résister… aux lignes ennemies.

Dans combattre, il y a battre. Dans rompre, il y a l’idée de  briser, de casser, et dans s’opposer ou résister, il y a une notion de lutte trop évidente.

Si le cheval n’est pas, et n’a jamais été l’ennemi de l’homme, l’inverse se vérifie trop souvent, et sans raison!

Pour ma part, je préfère utiliser des vocables plus souples et qui correspondent mieux à ma philosophie de l’équitation : absorber pour mieux diluer, voire dissoudre les résistances.

Si, comme bon nombre de cavaliers, je rêve de devenir centaure, et ne faire qu’une avec mon cheval, je dois accepter les résistances de celui-ci, puis les faire miennes afin de les faire disparaître.

Un petit tour du côté du dictionnaire n’est pas inutile pour clarifier mon propos. Les définitions proposées sont les suivantes :

Absorber : Faire pénétrer quelque chose en soi, en vue de l’assimiler, ou faire disparaître quelque chose comme par assimilation progressive. Il est bien ici question de faire sien et non de s’opposer.

Dissoudre : Décomposer en désagrégeant les éléments constituants, voire amener un corps solide ou gazeux à former un mélange homogène avec un liquide.

Si la 1ère définition semble bien correspondre à l’intention qui est la mienne lorsque je rencontre les résistances de mes amis équidés, la seconde peut paraître nettement moins adéquate. Les expressions corps solides, gazeux et liquides ne semblent pas très appropriées au domaine qui nous concerne, me direz vous!

Mais imaginez un instant que votre cheval et ses résistances soient le corps solide, et que le cavalier se ressente comme l’élément liquide. Il oeuvrera  pour la dissolution des résistances afin de retrouver une homogénéité dans le rapport de force entre son cheval et lui-même, de sorte que tout devienne plus…coulant!

One Response to “RÉSISTANCES.”

  1. Sandrine dit :

    Nombre d’analogies peuvent être faites entre la pratique de l’equitation et la vie courante: l’empathie est a clé de bien des conflits. Notre capacité à prendre du recul, à avoir l’esprit suffisamment flexible pour poser différemment notre regard sur une problématique. L’appréhender avec un regard positif et des mots différents peut changer une situation du tout au tout. De bloquée et conflictuelle, elle peut s’ouvrir et permettre d’avancer alors que l’on pouvait risquer de s’embourber dans une voie mauvaise et non pérenne…….
    Les mots que tu as choisi sont tres perspicaces et je pense de véritables clés pour aider à avancer.

Leave a Reply