PETITS CONSEILS CONCERNANT LE PAS ESPAGNOL.

A la demande d’Alicia, je vais ici proposer quelques idées pour apprendre à un cheval à faire un début de jambette.

Le problème rencontré par Alicia, et que j’ai moi-même rencontré avec un poney que je travaille régulièrement, est le suivant : le cheval accepte de lever le membre lorsqu’on le sollicite, mais comme pour se faire curer le pied, c’est à dire, canon formant un angle droit avec l’avant bras, bien sûr vers l’arrière.

Dans ce cas de figure ci, il est particulièrement intéressant de toucher à la cravache le devant de l’avant bras, en haut, sur la partie légèrement rebondie, cette action ayant pour effet de provoquer une petite contraction du muscle extenseur radial du carpe, responsable entre autre, de la flexion du coude ( l’avant bras vers le bras), donc d’orienter le membre vers l’avant, et non plus vers l’arrière.

A contrario, l’action de la cravache à l’arrière de l’avant bras est à éviter, car elle amène les muscles fléchisseurs du carpe à se contracter, et à fléchir le canon vers l’avant bras, comme dans le cas du cheval d’Alicia.

Si malgré tout, et ce fut le cas de Fun, le poney que je travaille, le membre ne s’oriente pas vers l’avant, on peut agir de la sorte : lorsque le pied quitte le sol, on saisit le membre au niveau du genou pour le déplacer vers l’avant, on associe à une récompense,  puis après une ou deux secondes sans rien faire, on demande au cheval de se porter légèrement en avant. Je préfère récompenser le cheval dès qu’il élève l’avant bras, avant qu’il avance, car je souhaite qu’il comprenne bien que c’est cette élévation qui est récompensée, plutôt que le fait qu’il avance.

On peut se faire aider d’une tierce personne pour plus de facilité, cette dernière étant plus libre pour demander le mouvement vers l’avant.

(Certains ont recours à l’aide d’une longe entourée autour du paturon pour tirer le membre en avant. Personnellement, je n’utilise pas cette méthode que je trouve un peu dangereuse.)

Il est très important, au moment du toucher de la cravache sur le devant de l’avant bras et du décollement du pied du sol, d’être très rapide (mais pas brusque), afin d’engager le membre à se porter vers l’avant. De cette justesse d’intervention dépendra le bon apprentissage du mouvement dans la bonne direction. Le cheval ne doit plus déplacer l’antérieur vers l’arrière, alors qu’il est sollicité  sur le devant!

L’autre solution, c’est de compter sur le mimétisme, mais c’est plus aléatoire!!!

Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à les poser!!

 

 

 

2 Responses to “PETITS CONSEILS CONCERNANT LE PAS ESPAGNOL.”

  1. sylou dit :

    c’est énorme la photo de christine 🙂 je suis fan 🙂 Pourquoi ne pas essayer quand la complicité entre cheval et cavalier est forte 🙂
    trés intéressant post qui montre une fois encore qu’on ne va pas assez loin dans nos réflexions… bah oui, je n’aurais jamais pensé que toucher devant ou derrière l’antérieur pouvait ne pas vouloir dire la même chose… et pour cause, j’ai appris la jambette à mon cheval en étant placé devant lui donc je ne risquais pas de toucher le derrière de l’antérieur…
    cepend

  2. sylou dit :

    cependant, je me suis heurté à une autre difficulté dans l’évolution de cet apprentissage : comment repasser par la suite à côté du cheval (au niveau de l’épaule donc) et continuer de toucher comme il faut ? Il eut fallut y penser avant de jouer à l’apprenti sorcier et de m’énerver parce que mon « tour de cirque » ne fonctionnait plus en changeant de position 🙁
    Moralité : il faut apprendre dès le départ à demander comme il faut, là où il faut avec les gestes transmis par les anciens. Si des règles ont été établies c’est qu’elles sont le fruit d’un long apprentissage… Autant en profiter plutôt que de se croire au dessus d’elles…
    Une autre bonne occasion donc pour nous inciter à bien lire avant de se lancer 🙂

Leave a Reply