« PESER » DANS SA SELLE.

Pour descendre dans sa selle et pouvoir « peser », il faut placer correctement son bassin.

Il ne faut pas bloquer le bassin en antéversion, c’est-à-dire le haut du bassin orienté excessivement vers l’avant, comme si l’on basculait sur le pubis.

Il ne faut pas non plus exagérer la rétroversion, qui creuse le ventre et fait s’asseoir sur l’arrière des ischions, comme si l’on voulait écraser le coccyx.

Ces défauts d’équilibre du bassin sont ennuyeux car ils ne respectent pas l’harmonie des courbures vertébrales naturelles, dont le rôle est d’être un puissant dispositif amortisseur intervenant tout le long de la colonne.

Pour descendre dans sa selle, et se sentir « enraciné » dans son cheval, il faut chercher à étirer sa colonne vertébrale à partir du bas.

En portant sa conscience vers son sacrum (en dessous des lombaires, la partie plate au milieu du bassin), on va tenter de le faire descendre, ce qui aura également pour effet de le porter très légèrement vers l’avant en poussant du même coup le pubis dans la même direction.

La conséquence en sera non seulement une assiette plus profonde avec une sensation d’ « encrage » dans le cheval, mais également une assiette accompagnant mieux l’impulsion et l’engagement des postérieurs, offrant ainsi au cheval plus d’aisance pour se mouvoir. La main en tirera un bénéfice évident, perdant un rôle qui lui était dévolu de façon erronée, celui d’aider le cavalier à se tenir en selle grâce aux rênes.

 

 

 

Leave a Reply