INITIATION A LA DESCENTE D’ENCOLURE (SUITE : TRAVAIL A PIED).

Revenons sur l’initiation d’un cheval à la descente d’encolure.

Dans la mesure où l’exercice le permet, il est toujours préférable d’en débuter l’apprentissage à pied, l’absence du poids du cavalier étant une contrainte en moins pour l’animal.

Pour apprendre au cheval à baisser la tête sur l’élévation des mains, le cavalier doit se positionner face à lui, en prenant bien garde de rester à distance d’un éventuel coup de tête. 

Il prend ensuite une rêne dans chaque main à environ une vingtaine de centimètres du mors.

Puis il ajuste le contact en direction de l’arrière du cheval, et lève progressivement ses mains jusqu’à, s’il le faut, être sur un axe vertical en direction des oreilles du cheval.

Le principe étant je le rappelle, que le cheval, gêné par cette élévation des mains, cherche à se dégager vers le bas, le cavalier devra lâcher les rênes à la moindre orientation dans ce sens de ce dernier. Néanmoins, cela peut mettre un certain temps et il faut savoir être très patient!

Certains chevaux près du sang ne supportent que peu de  tension vers le haut et cherchent à se dégager très rapidement. D’autres au contraire plus placides, peuvent sembler ne pas réagir du tout. Il est nécessaire avec ceux-ci de maintenir les mains élevées, tout en augmentant très légèrement la tension. Ils finissent alors pas céder.

Je rappelle qu’au début, il est impératif de céder à la moindre velléité du cheval d’aller vers le bas. Par la suite, pour obtenir une descente d’encolure de plus en plus complète, il faudra au contraire ne céder que lorsque le cheval aura atteint le seuil d’abaissement souhaité.

Voici deux difficultés fréquemment rencontrées :

  • A peine le cavalier touche aux rênes que voilà le cheval tête en bas! Dans ce cas, il convient de faire un petit demi-arrêt bien net pour signifier un « non » catégorique, et interdire toute descente non demandée. Si ce problème n’est pas sérieusement traité, le cheval arrachera les rênes dès la plus petite prise de contact avec sa bouche.
  • Le cheval attend la demande du cavalier pour descendre, mais le fait en arrachant les rênes. Dans cette situation, il faut agir avec plus de modération car il ne s’agit pas de l’empêcher de descendre, mais juste d’arracher les rênes. Au moment où cela se produit la main peut faire de petites saccades brèves sur les rênes.
L’exercice est acquis lorsque le cheval enclenche la descente d’encolure à la plus légère élévation des mains. Et je rappelle qu’il est très important qu’il attende véritablement l’élévation du contact pour descendre, sous peine de confusions ultérieures!

A suivre…

Leave a Reply