Dressage classique et éthologie.

Voilà plus de 30 ans que je pratique « l’équitation de tradition française ».

Durant quinze années, j’ai énormément appris auprès de mes maîtres, le commandant de Padirac et son épouse, et leur suis extrêmement reconnaissante du savoir qu’ils m’ont transmis!
Toutefois, avec le recul et l’enrichissement de mes connaissances, je me suis rendu compte des manquements, des erreurs dus à la méconnaissance du comportement des chevaux!
En d’autres termes, très peu de connaissances en éthologie équine. Et c’est à mon sens fort dommage!
Je pense que tout cavalier, quelle que soit la discipline qu’il choisit, devrait pouvoir dire qu’il pratique une équitation éthologique, dans la mesure où l’éthologie est censée représenter un socle sur lequel reposent les savoirs techniques.
Une meilleure connaissance de l’animal induit à coup sûr des actions plus justes, mieux dosées, mieux ciblées. L’éthologie nous renseigne également sur les principes d’apprentissage qui sont indissociables d’une bonne évolution du travail.
Et pourquoi s’intéresser à l’éthologie, si ce n’est pour mieux comprendre le cheval, agir au plus juste, dans l’économie des moyens, et j’entends déjà des dents grincer, et donc d’améliorer le bien être de notre compagnon équin!
Et si grâce à cela, ma technique se trouve améliorée, que j’ai la pleine coopération de mon cheval, qu’il est léger et dans la descente des aides et que je peux le soulager du mors (car honnêtement….ça ne doit pas toujours être très agréable!) sans que la qualité de mon travail s’en ressente, et bien oui!!!!! je le monte avec un filet sans mors…même si ce n’est pas dans la tradition équestre française!!!!? …et je ne compte pas non plus rallier le mouvement végan??

L’image contient peut-être : cheval
L’image contient peut-être : cheval, ciel et plein air

Leave a Reply