Archive for décembre, 2017

De la bonne posture du buste pour tourner : suite

jeudi, décembre 7th, 2017

Ce post est écrit en réponse à une question qui m’a été posée concernant  l’orientation du buste dans l’amorce d’une figure.

Voici la question :

« Je pensais au contraire que le mouvement du bassin aidait à reculer la jambe extérieure pour empêcher les hanches de déraper dans le tournant .
On entend ainsi souvent dire qu’il faut bouger toute la jambe et pas seulement au dessous du genou ?
Mais effectivement dans les vidéos on voit plutôt que les cavaliers ne déplacent que le bas de la jambe ?? »

Cette question est intéressante à plusieurs points de vue:

  • Faut-il mettre la jambe extérieure dans le tournant?
  • Comment la jambe s’articule-t-elle lorsqu’elle agit isolément?
  • Quelle relation entre l’orientation du bassin et celle de la jambe isolée?

Tout d’abord je pense que la jambe extérieure ne doit intervenir que si besoin est. En effet, certains chevaux mettant les hanches en dedans lorsqu’ils tournent, mieux vaut éviter d’en rajouter. Le problème est que cette consigne est souvent donnée de façon systématique.

Ensuite, si la jambe extérieure doit agir pour effectivement empêcher les hanches de déraper, elle recule dans son ensemble, cuisse comprise. Cela entraîne une mobilisation en haut, de l’articulation coxo-fémorale, et plus bas, une très légère fermeture de l’articulation du genou (le talon ne doit pour autant pas remonter). En général, les cavaliers qui ne reculent la jambe qu’à partir du genou ont les talons qui remontent.

Dernier point, le plus important sans doute, est celui concernant le bassin! Le problème est complexe : le retrait de la hanche peut faciliter le recul de la jambe isolée si celle-ci est envoyée  loin derrière (ce qui n’est pas forcément utile), sauf que si le cavalier tourne d’un côté, à droite par exemple, et qu’il tourne le buste à droite, il ne va pas tourner le bassin à gauche pour faciliter le recul de la jambe gauche, qui est la jambe extérieure! Ce n’est pas logique!

Le mieux comme toujours est de rester modéré dans ses actions, sans forcer sur les articulations.

Une recherche approfondie sur la verticalité, l’équilibre, la décontraction…sont les plus sûrs moyens de rester efficace dans la sobriété!

 

 

De la bonne posture du buste pour tourner.

lundi, décembre 4th, 2017
L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et chaussures
L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et chaussures

Beaucoup de cavaliers n’utilisent pas de manière optimale leur corps lorsqu’ils tournent.
Utiliser correctement son buste pour tourner demande une attention toute particulière!
En effet, la légère rotation de la colonne vertébrale doit partir de la taille, de la charnière lombo-sacrée, donc au dessus du bassin.
Le cavalier doit centrer son attention sur cette partie du corps, afin qu’elle soit le siège de l’amorce de la rotation, les bras étant délicatement et harmonieusement entraînés par ce mouvement.
Si le cavalier tourne son buste à partir des épaules, il y a un risque qu’il déporte exagérément ses bras sur le côté, qu’il recule donc sa main intérieure avec de plus, la désagréable sensation d’être verrouillé dans toute la région scapulaire.
Le cavalier peut également tourner son buste, mais cette fois la rotation part du bassin, plus exactement des articulations coxo-fémorales.
L’inconvénient alors est de ne plus être dans l’axe du cheval au niveau de l’assiette, on se sent comme dissocié de sa monture! L’une des deux cuisses vient se plaquer contre la selle, entraînant une fermeture du pli de l’aine correspondant…l’assiette n’est plus « ouverte ». C’est toute la région du bassin qui se verrouille.
Je vous propose un petit exercice à faire à pied qui vous aidera à sentir d’abord, puis, au fil des répétitions, à maîtriser la juste rotation du buste.
Tenez-vous droit, pieds joints et regard porté loin devant vous vers l’horizon (imaginez le au-delà du mur si vous êtes dans une pièce).
Les bras sont légèrement écartés du corps, puis portés un peu en avant, paumes tournées l’une vers l’autre, comme si vous teniez un gros ballon.
Amorcez lentement la rotation du buste à partir de la taille, sans dépasser 45°.
Le bassin ne bouge pas, ou très peu, et reste dans l’axe de vos pieds. Les bras et la tête sont passifs et sont entraînés par la rotation du buste.
A environ 45°, stoppez la rotation du buste et poursuivez encore quelques degrés par la seule rotation de la nuque comme pour jeter un coup d’œil par dessus votre épaule, ceci pour accentuer la maîtrise de la dissociation des différentes rotations.
Revenez en sens inverse, en commençant par la tête, puis le buste jusqu’au milieu, et faites ensuite l’exercice dans l’autre sens.
Ne forcez pas, allez très lentement et prenez le temps de sentir.
Quand vous ferez cet exercice en selle, vous constaterez à coup sur combien il améliore le confort et l’harmonie entre votre cheval et vous quand vous tournez.
Sur les deux photos suivantes j’ai souligné d’un trait rouge le siège de la rotation.
Photo 1 : rotation correcte
Photo 2 : rotation incorrecte