Quand l’émotion brouille l’action!

Lorsqu’au cours du travail le cheval rencontre une difficulté, le cavalier doit faire attention à la la façon dont il réagit, car il est facile de basculer dans une attitude auto-centrée et d’oublier que c’est avant tout l’animal qui est dans l’embarras.

En effet, au lieu de rester serein et de prendre de la distance pour analyser la situation de manière à trouver un moyen approprié d’aider son cheval, le cavalier, en laissant ses émotions prendre le contrôle, risque fort de se contracter et d’induire plus d’inconfort que de soutien.

Alors, lorsque l’énergie émotionnelle est trop importante et devient non fonctionnelle, il est très intéressant d’essayer de la convertir en énergie physique. Je précise qu’il ne s’agit bien évidemment pas d’une énergie générant  force ou mouvements désordonnés.

Le cavalier au contraire se recentre sur son corps, redonne du tonus et de la présence à son dos, de l’ancrage à son assiette et de la cohérence à ses actions de mains et de jambes.

Le mental est apaisé car les émotions sont canalisées, et le cavalier peut alors être tout à son cheval.

Aucun texte alternatif disponible.

 

Leave a Reply