Comment gérer une émotion lorsqu’elle survient.

On ne peut pas ne pas ressentir, ni être influencé par les émotions, car leur survenue est automatique. De plus, avoir des émotions est un processus tout à fait naturel et utile qui nous renseigne sur notre environnement.

Toutefois, si l’on ne veut pas être débordé par ses émotions, il est bon d’apprendre à les réguler.

Il faut savoir qu’il y a toujours un espace entre un stimulus et une réaction. L’espace peut être petit si l’individu possède une grande maîtrise et que sa réponse est automatisée, mais  a contrario, quand la réaction est purement émotionnelle.

Apprendre à augmenter cet espace pour ne pas laisser une émotion diriger une action peut demander pour certains un peu plus d’entraînement que pour d’autres. Voici quelques idées pour les aider dans leur recherche.

Il faut déjà entamer sa séance sans idées préconçues…il arrivera ce qu’il arrivera. On ne se met aucune pression à l’avance!

Autre point important, on met l’accent sur une respiration lente et profonde!

Par contre on décide de prendre du temps. Du temps pour s’observer, pour prendre conscience, à chaque fois qu’elle survient lors d’un exercice, de l’activation émotionnelle. Et tout cela bien sûr, avant d’agir. Tant pis si l’on pense que c’est du temps perdu à ne pas corriger telle ou telle attitude du cheval…ce sera un gain énorme pour la suite de l’évolution du travail.

Quand on sent l’émotion arriver, on se recentre d’abord tranquillement sur sa respiration, puis on fait une brève analyse de son ressenti : quel est l’élément déclencheur, est-il justifié, proportionnel à la cause?

On peut faire ici un lien avec un outil de médiation bien connu des formateurs en résolution de conflit : le D.E.S.C. Il s’agit dans ce cas de formuler un désaccord vis à vis d’un autre humain, en utilisant les actions suivantes: Décrire, Exprimer son ressenti, Solutionner, Conséquences positives.

Pourquoi ne pas procéder de manière équivalente en tant que cavalier, à cette différence près que  l’humain qui pose problème cette fois c’est nous-même. Il s’agit donc de prendre le temps de se décrire et de mettre au clair autant qu’il se peut les éléments qui ont fait émerger l’émotion, imaginer des solutions pour que celle-ci retombe et ne se reproduise pas à l’identique et envisager ensuite les conséquences positives.

L’émotion ainsi redirigée et régulée permet une préparation mentale de l’action plus sereine et réfléchie, et un recentrage sur son exécution physique.

 

Leave a Reply