Archive for février, 2018

Stage taï chi-équitation.

vendredi, février 9th, 2018

Parmi les différentes voies proposées actuellement pour unifier le corps et le mental, je trouve celle du taï chi particulièrement bien adaptée à la pratique de l’équitation, car elle permet, entre autres, de développer les potentialités sensorielles, l’équilibre et le calme intérieur, tout en entretenant une bonne tonicité.
Voyons plus précisément quelles en sont les applications pour le cavalier.

Une action juste, de mains ou de jambes, doit être une action structurée en « profondeur ».

En effet, un geste technique ne procède pas uniquement de la force musculaire nécessaire au déplacement des rayons osseux, mais d’une mise en place centrale plus profonde. La recherche d’une verticalité harmonieuse de l’axe vertébral, d’une respiration calme et profonde, d’une intention précise du cavalier et de la direction dans laquelle il oriente son énergie, sont autant d’éléments essentiels internes qui vont permettre aux aides, de trouver leur juste valeur et leur justification.
Les aspects psychiques et émotionnels de la structure sont tout aussi importants car ils peuvent très fortement impacter le physique.

Sans ce temps préalable mis au service de cette préparation fine, les actions instantanées, quasi automatiques, risquent bien de n’être qu’une somme de mouvements manquant potentiellement de cohérence, ou pire, pouvant devenir violents.

Sachons prendre le temps, prendre les quelques petites secondes qui précèdent l’action, là on l’on sent le corps se mettre en état d’agir, pour en reprendre le contrôle et déprogrammer le mode automatique. Ces petites secondes précieuses qui permettent également de se recentrer sur ses sensations et de retrouver un certain apaisement quand le mental s’emballe ou que les émotions surgissent.

Parce qu’on apprend trop souvent aux cavaliers à se préoccuper des mouvements de leur monture avant de se préoccuper d’eux-mêmes, ils n’utilisent qu’une infime partie de leur potentiel physique. Parce que l’équitation leur est dès le début présentée comme une somme d’enjeux et d’objectifs à atteindre rapidement, la peur et le stress les accompagnent fréquemment lors de leurs séances.

Voilà pourquoi il m’a paru très intéressant d’organiser un stage associant taï chi et équitation, et je suis persuadée que chaque participant repartira plus apaisé, avec une autre conscience de ses capacités sensorielles, capacités qu’il pourra par la suite mettre au service de son cheval, et enfin progresser dans le calme et l’harmonie!

L’image contient peut-être : une personne ou plus, cheval, ciel, arbre, plein air et nature