Archive for the ‘Coups de coeur, coups de gueule…’ Category

Dressage classique et éthologie.

dimanche, septembre 10th, 2017
Voilà plus de 30 ans que je pratique « l’équitation de tradition française ».

Durant quinze années, j’ai énormément appris auprès de mes maîtres, le commandant de Padirac et son épouse, et leur suis extrêmement reconnaissante du savoir qu’ils m’ont transmis!
Toutefois, avec le recul et l’enrichissement de mes connaissances, je me suis rendu compte des manquements, des erreurs dus à la méconnaissance du comportement des chevaux!
En d’autres termes, très peu de connaissances en éthologie équine. Et c’est à mon sens fort dommage!
Je pense que tout cavalier, quelle que soit la discipline qu’il choisit, devrait pouvoir dire qu’il pratique une équitation éthologique, dans la mesure où l’éthologie est censée représenter un socle sur lequel reposent les savoirs techniques.
Une meilleure connaissance de l’animal induit à coup sûr des actions plus justes, mieux dosées, mieux ciblées. L’éthologie nous renseigne également sur les principes d’apprentissage qui sont indissociables d’une bonne évolution du travail.
Et pourquoi s’intéresser à l’éthologie, si ce n’est pour mieux comprendre le cheval, agir au plus juste, dans l’économie des moyens, et j’entends déjà des dents grincer, et donc d’améliorer le bien être de notre compagnon équin!
Et si grâce à cela, ma technique se trouve améliorée, que j’ai la pleine coopération de mon cheval, qu’il est léger et dans la descente des aides et que je peux le soulager du mors (car honnêtement….ça ne doit pas toujours être très agréable!) sans que la qualité de mon travail s’en ressente, et bien oui!!!!! je le monte avec un filet sans mors…même si ce n’est pas dans la tradition équestre française!!!!? …et je ne compte pas non plus rallier le mouvement végan??

L’image contient peut-être : cheval
L’image contient peut-être : cheval, ciel et plein air

samedi, août 12th, 2017

Le filet sans mors.
Efraim est un petit cheval très agréable, facile à équilibrer, et très respectueux des aides, notamment de la main.
Le contacte avec sa bouche est toujours très léger, et pourtant il semble en permanence gêné par le mors. Cette gêne se manifeste par des mouvements incessants de mâchoire. Ces mouvements n’ont bien sûr rien à voir avec des mouvements de décontraction liés à la flexion de la mâchoire.
Les dents sont saines, la bouche ne présente pas de problème particulier et le changement de mors n’a rien modifié.
La décision est donc prise de le monter avec le filet sans mors! Chacun doit retrouver de nouvelles marques, les sensations ne sont pas tout à fait les mêmes, évidemment, et ne le seront sans doute jamais, mais la bouche est très calme et le
fait d’avoir permis au cheval de se libérer d’un désagrément très important pour lui est de toute façon très satisfaisant.

L’image contient peut-être : 1 personne, cheval
L’image contient peut-être : cheval
L’image contient peut-être : cheval
L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes sur des chevaux et cheval

Petit « coup de gueule »

vendredi, février 3rd, 2017

Je suis en ce moment sur Facebook beaucoup de discussions fort intéressantes relatives à la manière la plus juste d’éduquer, de dresser un cheval, et au choix de la bonne méthode.

Je trouve très important que les cavaliers développent leur esprit d’analyse, leur sens critique, qu’ils ne prennent pas les assertions du dernier qui parle et qui est à la mode pour argent comptant. Mais au contraire, qu’ils se posent des questions, qu’ils fassent des recherches, qu’ils échangent leurs idées avec d’autres passionnés!

Tout cela est bon pour fait avancer les choses équestres…si possible vers une équitation plus respectueuse.

Mais bon, il y a malgré tout quelque chose qui me chagrine un peu…voire plus qu’un peu.

Et le cavalier dans tout ça? Jamais il n’en est fait mention. Nulle part il n’est question de discuter de sa position, de la façon dont il doit utiliser ses mains, ses jambes ou bien encore son dos ou son assiette. Son rôle (physique) serait-il réduit à portion congrue?

Bien sûr quand il s’agit d’évoquer l’élévation de la nuque, on va peut-être parler du demi arrêt, et par voie de conséquence de l’élévation des mains. Mais ne serait-il pas intéressant aussi d’échanger sur la bonne façon d’exécuter le demi arrêt, plutôt que simplement se demander s’il faut ou non en faire un? Et dans quel équilibre le cavalier doit-il être lors du demi arrêt? Quelle doit être la place de son dos? L’action de son assiette? Et ses jambes ? Tiens…que doivent -elles faire pendant ce temps là? Le cavalier doit-il avoir un dos tonique ou relâché à ce moment-là?

Je trouve cela passionnant, et ce d’autant plus qu’on n’a jamais vu un cheval aller bien avec un cavalier montant mal, même avec la meilleure méthode qui soit.

Je ne sais plus qui a dit : « Un bel homme de cheval est un bon homme de cheval ». 

Voilà pourquoi à mon sens, la recherche de la bonne et belle posture et de son juste emploi, doit être une préoccupation quotidienne, afin de mettre en valeur la méthode choisie!

Afficher l'image d'origine

LE PRIX DE LA LIBERTÉ.

dimanche, mai 18th, 2014

Le loup et le chien

Un Loup n’avait que les os et la peau,

Tant les chiens faisaient bonne garde.

Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau,

Gras, poli, qui s’était fourvoyé par mégarde.

L’attaquer, le mettre en quartiers,

Sire Loup l’eût fait volontiers ;

Mais il fallait livrer bataille,

Et le Mâtin était de taille

A se défendre hardiment.

Le Loup donc l’aborde humblement,

Entre en propos, et lui fait compliment

Sur son embonpoint, qu’il admire.

 » Il ne tiendra qu’à vous beau sire,

 D’être aussi gras que moi, lui repartit le Chien.

Quittez les bois, vous ferez bien :

Vos pareils y sont misérables,

Cancres, hères, et pauvres diables,

Dont la condition est de mourir de faim.

Car quoi ? rien d’assuré : point de franche lippée ;

Tout à la pointe de l’épée.

Suivez-moi : vous aurez un bien meilleur destin.

 » Le Loup reprit : « Que me faudra-t-il faire ?

– Presque rien, dit le Chien, donner la chasse aux gens

Portants bâtons, et mendiants ;

Flatter ceux du logis, à son Maître complaire :

Moyennant quoi votre salaire

Sera force reliefs de toutes les façons :

Os de poulets, os de pigeons, Sans parler de mainte caresse.

 » Le Loup déjà se forge une félicité

Qui le fait pleurer de tendresse.

Chemin faisant, il vit le col du Chien pelé.

 » Qu’est-ce là ? lui dit-il. – Rien. – Quoi ? rien ? – Peu de chose.

– Mais encore ? – Le collier dont je suis attaché

De ce que vous voyez est peut-être la cause.

– Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas

Où vous voulez ? – Pas toujours ; mais qu’importe ?

– Il importe si bien, que de tous vos repas

Je ne veux en aucune sorte,

Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor.

 » Cela dit, maître Loup s’enfuit, et court encore.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

 

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Cela ne vaut-il pas la peine de supporter le mistral et les moustiques pour vivre dans un pareil environnement?

COHABITATION ENTRE DEUX ENTIERS.

mardi, avril 8th, 2014

Voici ma foi, une cohabitation entre deux entiers fort bien réussie!

Quand Ugo, encore jeune en travail, s’imprègne des séances de travail de Xilofone!!

LE SAVIEZ-VOUS?

dimanche, novembre 3rd, 2013

 

Saviez-vous que d’autres animaux pratiquent le grooming et le flehmen?

 Spatules en pleine séance de grooming.

Bel exemple de flehmen chez le mouton.

DISCUSSION ENTRE ENTIERS.

vendredi, octobre 18th, 2013

 

Voilà deux entiers (Zapador à gauche et Arly à droite) qui ont l’air d’entretenir des rapports bien courtois!

LES BONNES RÉSOLUTIONS DE LA RENTRÉE!

mardi, septembre 3rd, 2013

Profitons de cette nouvelle rentrée pour reformuler clairement nos objectifs de travail avec notre cheval!

Chevaux et cavaliers ont bien souvent fait une pause estivale. Les premiers la prolongeraient bien volontiers, tandis que les seconds piaffent d’impatience à l’idée de  reprendre l’activité de leur monture!

Ne serait-ce pas le moment de repartir sur de bonnes bases? Avec une vraie  philosophie de travail?

J’aimerais insister tout particulièrement sur un point qui me semble primordial, et qui est la condition sine qua non pour dire qu’ un dressage est de qualité.

Lorsque vous faites faire un exercice à votre cheval, demandez-vous si les actions mises en place pour sa réalisation sont vraiment « lisibles »  par celui-ci : que veut dire cette action de main ou cette autre, que signifie cette action de jambe?

Avant de poursuivre en insistant, au risque de transformer votre séance en séance de musculation, assurez-vous que chaque étape est comprise, car demandée simplement et sans confusion possible pour le cheval.

Si l’on prend l’exemple d’une épaule en dedans paraissant  bien exécutée, on constate que le cheval rentre dans le cadre des aides de l’épaule en dedans. Mais si le dressage est très bien mené, cela veut dire qu’auparavant, le cheval a appris à répondre parfaitement à une simple jambe isolée, et à mobiliser de façon optimale ses épaules sur un simple déplacement des mains, de sorte qu’au moment de la demande de l’épaule en dedans, le langage des mains et des jambes lui est plus compréhensible.

Ne faîtes pas que modeler le physique de votre monture, comme vous le feriez avec un matériau sans vie!

Soyez dans une démarche didactique, afin de développer également les facultés cognitives de votre compagnon équin!!

SOIRÉE D’ÉTÉ POUR YAICO.

jeudi, août 15th, 2013

Voici un petit pure race espagnol entier qui a l’air bienheureux avec tout son monde!

Mais voyant qu’il ne peut rien obtenir d’intéressant hormis quelques caresses toutefois bien agréables, il retourne vaquer à de bien meilleures occupations!

 

PEINTURES INSOLITES!

jeudi, juillet 25th, 2013

 Ce premier cheval se trouve au Puy-en-Velay, à la chapelle St-Michel-d’Aiguilhe,

tandis que ce curieux « cheval retourné » (tel est son nom), se trouve toujours au Puy, mais à la cathédrale Notre-Dame.