Archive for the ‘Point de vue scientifique’ Category

La latéro-flexion : le poin de vue de la recherche scientifique vétérinaire

dimanche, février 8th, 2009

Je prends, le temps d’un post, le relais de Marie-Hélène, qui explore avec ténacité la littérature équestre pour tenter d’y voir clair dans ce qui concerne les capacités de  latéro-flexion du cheval. J’ai donc, de mon côté, décidé d’aller fouiner du côté de la recherche vétérinaire scientifique.

Des 3 types de mouvement que peut faire la colonne vertébrale la latéro-flexion ne semble pas la plus étudiée, si l’on compare aux nombreux articles concernant la flexion et l’extension dorsoventrale ou la rotation axiale.

J’ai toutefois trouvé deux articles scientifiques annonçant clairement les angles que peuvent adopter les différentes vertèbres.

Au niveau de l’encolure, la latéro-flexion peut atteindre entre chaque vertèbre des valeurs allant de 25 à 45°, excepté pour les 2 premières cervicales où la latéro flexion n’est que de 3,9° (Clayton & Townsend, 1989).

L’étude des articulations de 8 vertèbres  thoraciques (T6,T10, T13, T17), lombaires (L1, L3, L5) ou sacrées (S3) montrent que la flexion latérale dans ces régions ne peut être que de 1,9° à 3,6° (Faber, Johnston & al., 2001).

On peut également ajouter que l’articulation lombo-sacrée permet une forte mobilité dorso-ventrale, en s’appuyant sur des processus articulaires de petite taille et verticaux, car la courbure entre les vertèbres lombaires et le sacrum est de 15 à 25°, mais empêche quasiment les mouvements de latéro-flexion (Evrard P, 2002, Osthéopathie vétérinaire, Olivier Editeur, 414p.).

 bendspine.gif bendgraph.gif

Si j’en crois donc ces lectures scientifiques, l’incurvation autour de la jambe, ressentie ou recherchée par les cavaliers, ne peut être imputée, que fort modestement, aux vertèbres thoraciques et lombaires…

 

Christine MAINTIER

 

 Abstract of two articles about movements of the vertebral column of horses during normal locomotion.

In theses researches, at least three types of movement, dorsoventral flexion and extension, axial rotation and lateral bending, were shown to occur at each of the intervertebral joints.

Lateral bending was relatively more uniform along the length of the neck, with mean values ranging from 25 to 45 degrees for each joint except between the first two cervical vertebraes, which had a mean of only 3.9 degrees of lateral bending.

The study about kinematics of 8 vertebrae (T6, T10, T13, T17, L1, L3, L5, and S3) showed that the value of lateral bending is only  from 1.9 degree to 3.6 degrees.

A  feature of this is that it produces the impression of an « even bend from poll to tail ».

 

Sources :

 Faber M., Johnston C., Schamhardt H., René van Weeren R., Roepstorff L. & Barneveld A. (2001).Basic three-dimensional kinematics of the vertebral column of horses trotting on a treadmill, American Journal of Veterinary Research, 62, 757-764.

Clayton H.M. & Townsend H.G.(1989) Kinematics of the cervical spine of the adult horse. Equine Veterinary Journal,21(3):189-92.

Les chevaux et la latéralisation

lundi, février 18th, 2008

 Un texte de Christine Maintier, sur l’actualité scientifique et les chevaux.

Laterality of horses associated with emotionality in novel situations

Voilà pour vous, une nouvelle chronique. L’explication est simple, pour des raisons professionnelles je me promène dans les banques de données scientifiques et je croise parfois quelques articles qui pourraient intéresser Marie-Hélène et ses lecteurs.

Le texte en question est paru dans la revue Laterality (2006) et émane de C. Larose, M.A. Richard-Yris, M. Hausberger et L.J. Rogers.

Cette étude s’intéressait au phénomène de latéralisation chez les chevaux, et comparait les réactions de selles français et de trotteurs de 2 à 3 ans. Le but étant de repérer si les chevaux ont un oeil de prédilection pour repérer les éléments inconnus de leur environnement, et si le dressage permet d’influencer cette prédisposition naturelle.

Quel intérêt ? très pratique éventuellement pour un cavalier. Pourquoi montez-vous à droite? Pourquoi votre cheval n’est-il pas effrayé parfois lorsqu’il marche à une main et s’effraie-t-il lorsque vous croisez un objet à l’autre main?

oeil de galaad

Le cerveau est le grand responsable ! et notamment sa particularité de mettre en oeuvre des traitements différents d’un hémisphère à l’autre. Le cerveau droit est visiblement celui qui oeuvre lors de la reconnaisance de nouveautés (quand le cheval se demande s’il doit fuir ou aller voir ). Comme, au sein du cerveau, se pratique le croisement entre la localisation et la partie du corps qui entre en action, qui dit hémisphère droit, dit réponse à gauche. En clair, c’est quand le cheval répond de manière émotionnellement forte, qu’il a de forte probabilité d’avoir utilisé son oeil gauche.

Le dressage semble changer visiblement des choses puisque les chevaux les plus habitués à être approchés des 2 côtés (les trotteurs) ne montrent plus tout à fait le même comportement.

Bref, si on monte à gauche, ce n’est peut-être pas tant une histoire de sabre liée au passé militaire de l’équitation. On peut imaginer que les hommes qui vivaient au milieu des chevaux avaient repéré de plus grandes réactions de l’animal, et un regard avec l’oeil gauche quand il se produisait quelque chose. A partir de là, il fallait donc l’habituer à voir venir l’homme par ce même côté pour obtenir une certaine désensibilisation, et de plus comme la plupart des humains sont droitiers…en terme de latéralisation tout le monde y trouvait son compte.

Apprendre très tôt au cheval à être manipulé et approché des deux côtés, c’est peut-être avoir une chance de limiter ses réactions émotionnelles face à la nouveauté.

The main finding was a significant correlation between emotionality reactions and the eye preferred to view a novel stimulus : the higher the emotionality, the more likely that the horse looked with its left eye. These results can help to understand some differents training practices of left-mounting.